L'école dédiée à la maîtrise de l'escrime lame courte

Tolpar

Le Tolpar est une méthode d'escrime lame courte universel d'origine russe, conçu pour la  légitime défense. C’est le principal objectif que l’école Tolpar se fixe dans l’enseignement de ce système. Peu importe qui vient quérir ces connaissances, un citoyen ou un professionnel. Le système de combat au couteau Tolpar est né de la synthèse des méthodes européennes de combat avec le couteau finlandais et de l'un des styles de Wushu (1) de la famille interne, le Bagua Zhang (2). Il a été utilisé d'une part de manière pratique et d’autre part avec une application pragmatique. Le potentiel élevé du système s’explique par son impact global sur la personne humaine.

Dans son développement physique, le pratiquant de Tolpar apprend à contrôler son corps et à développer des qualités telles que le calme, le sens des responsabilités et la capacité de prendre la bonne décision au bon moment. Ainsi, si nous ne considérons pas que l’aspect pratique, mais l’aspect psychologique du système. C’est également un moyen idéal de développer les qualités nécessaires au bien-être de chacun et en général sa vie.

A contrario, il n’y a surtout pas de culte de techniques dans ce système, qui est une caractéristique des arts martiaux pratiqué en Europe. Les mouvements de base sont réduits au minimum et représentent une base sur laquelle se forment les actions défensives et leurs combinaisons. Ainsi, tant qu’ils restent dans les principes et les valeurs du système, l’instructeur et le pratiquant bénéficie d’une liberté de création. C’est-à-dire de la possibilité de créer des combinaisons à partir de l’ensemble universel de mouvements idéal pour ses capacités physiques, sa psyché et sa manière personnelle de combattre. L'unicité du système Tolpar réside dans l'approche intégrée de l'apprentissage. Le système ne lie pas l'équipement à un type de couteau défini, ce qui est typique des systèmes occidentaux. En classant non pas les types d'armes, mais les efforts déployés, nous avons la possibilité d'utiliser presque n'importe quel type de couteau.

Cela éloigne le système Tolpar des arts martiaux conventionnels et lui permet de façonner la vie et la vision du monde d’une personne. Puisque l'adversaire principal n'est pas une personne avec un couteau à la main, mais les côtés sombres qu’il possède en lui-même. Côté sombre qui l’empêche d’être performant au combat et/ou dans la défense de ses proches.

Le terme Tolpar tient son origine du Tulpar, un cheval ailé de la mythologie Kypchak (3) (Bashkir, Kazakh, Tatar, Kirghiz). Il correspond à Pégase dans la mythologie grecque et à Burak dans la mythologie islamique. Actuellement, le retrouve dans le nom de nombreuses organisations et entreprises. Son image figure sur les armoiries de la République du Kazakhstan et sur les armoiries du district d’Argayash, dans la région de Tcheliabinsk. Dans l'art folklorique et les récits héroïques bashkir, le tulpar joue un rôle de premier plan dans les épopées. Il agit en tant que conseiller, assistant et aide à vaincre des monstres en jetant la foudre et en secouant la terre avec son hennissement. Ceux sont des camarades loyaux, des compagnons fiables et des conseillers avisés auprès des héros.

Nikolay Yakimenko à propos du couteau

Voici l’opinion personnelle (le plus fidèlement retranscrit) de Nikolay Yakimenko, l’un des fondateurs du système de combat Tolpar, sur le combat au couteau (4). « Dans cette publication, je voudrais passer directement au combat au couteau en tant qu'art martial. Regardons quelques points.

  • Un couteau n'est pas une arme. Un couteau est l'outil ménager le plus courant pouvant être utilisé comme une arme. Il est assez facile de justifier cette affirmation. Le but des armes est la destruction de leur propre espèce. Toute arme, ancienne ou moderne, est supérieure à un couteau. Affronter avec un couteau une lance, une épée ou un fusil d'assaut Kalachnikov n'est pas réaliste.
  • Le couteau met tout le monde sur un même pied d’égalité. C'est le couteau, pas l’arme à feu, qui fait le grand égaliseur. Le duel d'une femme, d'un vieil homme, d'un enfant avec un homme plus fort physiquement est une victoire facile pour ce dernier. Si nous ajoutons un couteau à cette équation du côté des personnes physiquement faibles, alors ce combat deviendra un cauchemar pour un homme plus fort physiquement, et pourrait être le dernier.
  • Le couteau est la justice. Cette thèse est associée à la forte prévalence du couteau et à sa létalité. En outre, le couteau a un effet dommageable élevé et le duel avec un des couteaux est caractérisé par un degré élevé d'imprévisibilité en raison de la lame courte et du caractère transitoire. Sur la base de ce qui précède, nous pouvons dire que la victoire dans un combat au couteau dépend à de nombreux égards de la chance, malgré l'expérience et la condition physique.
  • Facile à maîtriser. La possession d'un couteau n'implique pas de développement physique, ne contient pas de mouvements de coordination complexes. Les cours ne nécessitent ni endurance ni force physique et sont disponibles à tout âge. Maîtriser un couteau à partir de zéro pour devenir un propriétaire confiant ne prendra pas plus d'un an.

Essayons maintenant de tirer des conclusions. Toute arme implique la supériorité. Pouvoir sur l'homme. Un couteau n'est pas une arme. Cependant, il peut être utilisé comme protection. Et il peut facilement protéger son propriétaire, malgré le nombre et la compétence des assaillants. Et surtout, ce qui devrait protéger le couteau, c’est la capacité d’une personne à rester elle-même, malgré les circonstances extérieures. En fait, le couteau et son transport (5) sont un symbole de la liberté morale et de la capacité de pratiquer librement ses croyances. Parce qu’il est facile de mettre un coup à un homme avec un couteau, mais il est impossible de le mettre à genoux.

Les Sikhs, peuple de l'Inde combatifs, disent : « Nos épées protègent notre chapelet ». Reformulant cette expression en tenant compte de notre réalité russe, nous pouvons dire que : « Nos couteaux protègent notre chapelet », lorsque le chapelet symbolise nos convictions. Porter un couteau implique des responsabilités. Un homme avec un couteau ne passera pas par la violence et l'injustice, sinon il devient le complice de cette action. Un homme avec un couteau ne recevra pas un couteau comme ça. Il sait très bien dans quelle cavité du corps le couteau se retrouve chez ceux qui s'en sont vanté. Portant un couteau avec lui, un homme prend ses responsabilités. Tout d'abord, moral. Tout d'abord, pour lui. »

« Je veux séparer immédiatement l’utilisation du couteau du crime. C'est assez facile à faire. Seul l'État, représenté par les forces de l'ordre, détient le monopole de la violence dans notre pays. Mais la responsabilité de leur propre protection et de celle des autres incombe à chaque citoyen. Bien sûr, ceci est mon opinion personnelle, basée sur l'idéologie d'une école particulière, qui ne sera probablement pas partagée. Cependant, après avoir lu cette publication, vous pouvez choisir le combat au couteau en tant qu'art martial. »

L’affrontement ancestrale

L’histoire de l’affrontement au couteau se perd au fin fond des siècles vers l’âge de la pierre, lorsque deux personnes vêtues comme ils pouvaient l’être à l’époque, ayant donné aux pierres une sorte de forme de lame se sont affronté pour un motif quelconque. Il est également difficile d’essayer de faire le lien entre les écoles d’escrime historiques et les écoles d’escrime modernes, car, selon le lieu d’origine, le niveau de développement de la population, les traditions nationales, ainsi que les conditions historiques, diverses méthodes de lutte avec des armes à lame courte ont été modifiées. 

Par conséquent, la seule chose qui n'a pas changé depuis l'âge de pierre, ce sont les principes de la conduite d'un duel. Un duel au couteau implique la présence d'armes chez les deux adversaires. Le combat lui-même peut être divisé en deux catégories : l'escrime et la défense sans arme. L'escrime est la situation la moins courante dans la vie réelle. Il s’agit de la situation dans laquelle les deux adversaires sont en possession de leurs armes et ont réussi à obtenir une distance entre eux.

L'anticipation est une situation dans laquelle un adversaire parvient à en neutraliser un autre avant de sortir une arme ou parce qu’il n’en possède pas. L’entraînement à l’escrime occupe 60 % du processus d’entraînement. Cela est dû au fait qu’en essayant d’anticiper et de neutraliser l’ennemi à l’avance, il parvient à franchir la distance et à traduire le combat en escrime sans escrime. Si une personne accomplit uniquement un travail proactif, elle restera impuissante devant le tireur moyen, voir débutant. Justement, très souvent, les débutants qui viennent de prendre un couteau défont facilement ceux qui pratiquent depuis plus d'un an. Cela est dû à la grande imprévisibilité du combat à lame courte. La victoire en duel ne dépend que de 30 % de la technique et 70 % de l’aléatoire. Selon les statistiques, une personne qui participe à un duel en escrime ne résiste qu'à deux combats : le premier, il est gravement blessé, le second, il décède.

Avant de commencer à étudier directement la technique de combat, vous devez étudier les principes qui déterminent les lois du combat au couteau. Ce sont eux qui jettent les bases du combat. Les principes du combat au couteau sont très différents des principes du combat au corps-à-corps. C’est en cela que de nombreux échecs dans la création d’écoles modernes de combat au couteau ont eu lieu.

  • Imprévisibilité. En raison de la très petite longueur de la lame, un grand nombre de trajectoires sont utilisées pour le combat au couteau. Ce qui est presque impossible à calculer et à prédire.
  • Risque de blessure. Même légèrement poignardé avec une petite quantité de force peut causer de graves dommages.
  • Rapidité. Ce facteur est directement lié aux précédents. En raison de l'imprévisibilité et des traumatismes, un affrontement au couteau dure en moyenne de 1,5 à 3 secondes.

Ces trois facteurs caractérisent le combat au couteau et servent de base aux principes du combat : l’humilité.

Conclusion

« Ne pensez pas que ce système n'est qu'un ensemble d'actions techniques conçues pour détruire l'ennemi. Les objectifs du système sont beaucoup plus profonds. Un système est ce qui permet à une personne de rester face à toute influence extérieure et, en même temps, c'est le facteur qui la rapproche de la mort et lui donne la possibilité de ressentir toute la beauté et la plénitude de la vie à proximité. Parce que seule la mort est la force qui résout tous les problèmes qu’une personne s’est inventée et montre ce pour quoi elle vaut la peine d’être vécue. Bonne chance en suivant ce chemin et que votre lame ne quitte jamais son fourreau. » Nikolay Yakimenko.

Sources

(1) https://www.wushuguan.com/fr/blog/8/wushu-definitions.html
(2) http://french.china.org.cn/french/16382.htm
https://infon.in/tag/nozhevoy-boy-tolpar
(3) Les langues kipchak constituent une sous-branche de la famille des langues turcophones parlée par environ 26 millions de personnes dans la plupart des pays d’Asie centrale et d’Europe orientale.
https://en.m.wikipedia.org/wiki/Kipchak_languages
(4) Couteaux et chapelet. Nikolay Yakimenko.
http://oficery.ru/security/3304
(5) https://www.knivesandtools.fr/fr/ct/legislation-sur-les-couteaux-et-armes.htm
https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000025503132&idArticle=LEGIARTI000025505679&dateTexte=29990101&categorieLien=cid
https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000038666587&cidTexte=LEGITEXT000025503132&dateTexte=20190621

 

04/11/2019


Sport de combat La Rochelle

Le sport de combat Tolpar à La Rochelle peu apporter une partie des réponses à ce genre de questionnement. Pour répondre à cette question, il faut d’abord se demander pourquoi vous souhaitez apprendre... Sport de combat La Rochelle

Art martial lame courte La Rochelle

L’art martial lame courte Tolpar à La Rochelle est une école dont l’enseignement porte principalement sur des techniques réalistes de combat avec arme... Art martial lame courte La Rochelle