Motifs et lieux des agressions au couteau

Statistiques des attaques couteau en France #2

Voici la suite des statistiques des attaques au couteau en France. Ces violences avec armes sont diffusées dans les faits divers et classés dorénavant sous une nouvelle terminologie se nommant : « la violence gratuite ». Sauf que les termes comme « violences non-crapuleuses aux motifs futiles », « violences gratuites » ou « agressions gratuites », ne trouvent aucune définition juridique ou scientifique. Qu’elle est l’objectivité de caractériser ce type d’acte par un terme en rapport avec la « gratuité », si ce n’est un objectif commercial ? La France comme d’une manière générale les pays occidentaux est un pays où le niveau de violence dans la société est faible [*]. Pourtant, on constate en permanence le matraquage publicitaire du renforcement des préoccupations sécuritaires. Alors que s'intéresser à la violence, ce n'est vouloir comprendre exclusivement la face sombre de notre société, qui n'en est bien souvent que la traduction civilisée.

« Les taux d'homicides varient considérablement d'une région à l'autre et à l'intérieur d'une même région. Le taux d'homicide mondial moyen (6,1) en 2017 masque des variations régionales dramatiques. Le taux dans les Amériques (17,2) était le plus élevé enregistré dans la région depuis le début des enregistrements fiables en 1990... » « tandis que les taux en Asie, en Europe et en Océanie étaient inférieurs à la moyenne mondiale (2,3 , 3,0 et 2,8 respectivement). » 2019 [*]. Discours alarmistes ou réalité, il est nécessaire de préciser que depuis les années 1960, les discours politiciens et journalistiques révèle une teneur involontairement ou intentionnellement catastrophiste, ainsi que des terminologies hâtives et abusives. Démoraliser, faire diversion et diviser ?

« Croyez-le ou non - et je sais que la plupart des gens ne le pensent pas - la violence a décliné au cours de longues périodes, et nous vivons peut-être au moment le plus paisible de l'existence de notre espèce. Certes, le déclin de la violence n'a pas été constant ; il n'a pas ramené la violence à zéro (pour le moins); et il n'est pas garanti de continuer. Mais j'espère vous convaincre qu'il s'agit d'un développement historique persistant, visible à des échelles de plusieurs millénaires à plusieurs années... » Steven Pinker [**]

Lieux des agressions au couteau

- Habitation (349)
- soirée privée (9) ;
- hôtel (6) ;
- foyer d’accueil (5) ;
- logement étudiant ;
- centre d'accueil pour demandeurs d'asile (3) ;
- squat (3) ;
- mobile-home (2) ;
- foyer d’accueil travailleur immigrés ;
- base militaire ;

 

- Lieu (voie) public (984)

- terrasse (bar, restaurant) (34) ;
- parking (33) ;
- sortie de discothèque (32) ;
- parking magasin (20) ;
- parc ou square (20) ;
- véhicule (18) ;
- gare SNCF (17) ;
- sortie de Lycée (15) ;
- tramway (13) ;
- bar (11) ;
- arrêt de tramway (10) ;
- arrêt de bus (8) ;
- bus (7) ;
- hall d’immeuble (7) ;
- stade de football (6) ;
- métro (6) ;
- restaurant (5) ;
- fête foraine (5) ;
- lycée (5) ;
- cage d’escalier d’immeuble (4) ;
- gare routière (4) ;
- discothèque (4) ;
- sortie de collège (4) ;
- station service (4) ;
- sortie de Métro (3) ;
- collège (3) ;
- train (3) ;
- sortie d’immeuble (3) ;
- aire de repos (2) ;

- marché (2) ;
- skate park (2) ;
- piste cyclable (2) ;
- arrêt de bus (2) ;
- bal (2) ;
- cinéma (2) ;
- terrasse de kebab (2) ;
- banque (2) ;
- fête de village ;
- féria ;
- autoroute ;
- base de loisir ;
- terrain vague ;
- yacht ;
- école maternelle ;
- sortie d’université ;
- sortie d’un tribunal ;
- sortie d’école primaire ;
- sortie foire du trône ;
- sortie d’église ;
- jardins familiaux ;
- commissariat ;
- magasin ;
- rave-party ;
- supermarché ;
- camping ;
- terrain de pétanque ;
- école élémentaire ;
- sortie de mairie.


- Lieu de travail (42)

- magasin (22) ;
- hôpital (6) ;
- boulangerie (5) ;
- épicerie (4) ;
- hôpital psychiatrique (3) ;
- foyer (3) ;
- supérette (3) ;
- tabac presse (2) ;
- centre social (2) ;
- pharmacie (2) ;
- centre aquatique ;
- centre équestre ;
- concession automobile ;
- épicerie ;
- agence de voyage ;
- centre de formation ;
- centre de formation pour saisonnier ;

- centre de caisse d’allocation familiale

- campus universitaire ;
- école primaire ;
- centre d'accueil pour demandeurs d'asile ;
- resto du cœur ;
- hôtel ;
- transporteur routier ;
- kebab ;
- Secours populaire ;
- maison des syndicats ;
- cuisine ;
- bureau de poste ;
- chocolatier ;
- salon de coiffure ;
- banque ;
- bus ;
- entreprise de fabrication d’emballage.


Motifs des agressions au couteau

À certains moments et pour certains motifs, l'être humain devient son propre ennemi. Des moments de perte de contrôle qui vont lui faire franchir un cap et commettre l’irréparable. Si le lien causal ne saurait être affirmé, la présence d'alcool au cœur de nombreux actes délictuels est manifeste. Que cela soit du côté de l’agresseur, que du côté de la victime [1]. Ces gestes, comportements et motifs qui avec un tant soi peu de recul, peuvent s’avérer disproportionné, ridicule ou désuet.

Considéré et traité très souvent avec mépris (voir condescendance) par tout un chacun, les motifs des agressions au couteau se doivent d’être contradictoirement apprécié avec un immense respect. Ces actes, aussi terribles sont ils, par leur classement dans les « faits divers » nous poussent à nous distancier, à nous auto-convaincre qu’il ne nous concerne pas et/ou qu’il ne nous ressemble pas. Pourtant, ils sont le reflet d’une frange de notre société et ils reflètent également une certaine forme d’expression des maux récurrents de notre époque. Ces motifs ne sont que la tête de proue d’un mal plus profond. Car toutes les couches socioculturelle et socioprofessionnelles sont/peuvent être impactés. Bien éloigné de la quête de subsistance ou de la survie, d’une autre époque. À des fins pratique de préservation de l’individu, en autodéfense, cette connaissance permet également d’essayer de faire en sorte de ne pas se retrouver « au mauvais endroit au mauvais moment ». 

- Rixe (310)
- s’interpose lors d’une rixe (32) ;
- mauvais regard (17) ;
- s’interpose lors d’une agression (12) ;
- rixe entre bandes rivales (10) ;
- s’interpose lors d’un vol (6) ;
- altercation verbale (6) ;
- à caractère homophobe (4) ;
- à caractère raciste (4) ;
- différend en discothèque (4) ;
- bousculade (3) ;
- trafic de cigarettes (2) ;
- à caractère antisémite.

- Vol (153)
- vol de téléphone portable (55) ;
- cambriolage (10) ;
- vol au distributeur de billets (10) ;
- car-jacking (7) ;
- home-jacking (5) ;
- écouteur de téléphone (4) ;
- vol de sac à main (4) ;
- vol de cigarette (3) ;
- vol de carte bancaire (3) ;
- vol en magasin (3) ;

- vol de vêtements (3) ;
- vol de scooter (3) ;
- vol de vélo (2) ;
- vol de marchandise (2) ;
- vol d’ordinateur portable (2) ;

- vol de montre de luxe ;
- vol de cartable ;
- vol de cigarette électronique
- vol de ticket restaurant ;
- vol de chien ;
- vol de montre ;
- vol d’un ballon de football.


- Différend familial (146)
- déception amoureuse (41) ;
- séparation (10) ;
- différend ex-compagne (6) ;
- refus de quitter le domicile (2) ;
- garde des enfants (3) ;
- repas de famille (2) ;
- défense de sa mère lors d’une agression (2) ;
- pension alimentaire ;
- s’interpose lors d’une tentative de suicide ;
- musique trop forte.

- Agression (142)

- Différends (112)

- stupéfiants (24) ;
- règlement de compte (18) ;
- vengeance (16) ;
- différend entre automobilistes (15) ;
- avoir refusé de donner une cigarette (15) (1 mort) ;
- rivalité amoureuse (14) ;
- dette (12) ;
- harcèlement (5) ;
- différend commercial (5) ;
- refus d’accès en boîte de nuit (4) ;
- séquestration (4) ;
- doublé dans une file de stations-service (3) ;
- différent financier (3) ;
- loyer impayé (3) ;
- place de parking (3) ;
- différend professionnel (3) ;
- ne pas avoir dit bonjour (2) (1 mort) ;
- différend autour d’une partie de taro (2) ;
- différend entre colocataire (2) ;
- différent concernant un chien (2) ;
- vente d’un scooter (2) ;
- avoir refusé de donner de l’argent (1) ;
- avoir protesté à l’accès à un bus (1 mort) ;
- hôtel complet ;
- différend avec instituteurs ;
- pour avoir réclamé 30 € à l’agresseur pour la garde de son chat ;
- différend autour d’une place de manège (plus de 100 points de sutures) ;

- réparations d’un garagiste mal faites ;
- refus de se laisser embrasser dans la rue ;

- refus de donner l’heure ;
- altercation sur les réseaux sociaux ;
- différent concernant le don d’un chien ;

- contrôle d'un ticket SNCF ;
- passer derrière le comptoir d’un bar ;
- avoir porté un maillot du PSG ;
- avoir doublé dans une file d’attente ;
- différend au sujet d'une trottinette (1 mort) ;
- convocation contrôle judiciaire socio-éducative ;
- contrôle de police municipale ;
- avoir demandé d'arrêter de bloquer la porte de la rame de métro ;
- bagarre entre un chien et un chat ;
- exclusion d’un club de football (1 mort) ;
- vol de poisson ;
- nuisance sonore ;
- différend lors d’un match de football ;
- différend au sujet de la mort d’un chat ;
- refus de retrait d’argent ;
- avoir heurté un rétroviseur ;
- avoir refusé l’utilisation du préservatif ;
- bousculade ;
- altercation verbale ;
- différend entre automobiliste et piéton ;
- contrôle de ticket de bus ;
- à caractère religieux.


- Problèmes psychiatriques (91)

- Différends de voisinage (44)
- musique trop forte (6) ;
- nuisances sonores (5) ;
- véhicule mal garé (2) ;
- uriner sur sa porte ;
- chiens trop bruyants ;
- porte qui claque ;
- différend concernant un chien ;
- dégradation de véhicule.

- Braquage (15)
- épicerie (3) ;
- supérette (2) ;
- banque ;
- galerie Lafayette ;
- boulangerie (2) ;
- tabac presse (2) ;
- magasin de motoculture ;
- supermarché ;
- bus.

- Agressions sexuels (7), viol ou tentative (9), proxénétisme (3), évasion, tentative d’enlèvement.

- Motif inconnus (343)

Discussion

La recherche à un coût. Surtout quand il s’agit d’étudier une population. L’enquête CVS 2019 en métropole s’est élevé à 2,4 Million d’euros en coûts directs de collecte [2]. Les coûts de collecte et de formation s’élèvent à 45 ETP (68 355 heures de travail) [3]. Ne serait-il pas temps de créer un « collectif d’observation indépendant des violences au couteau » ? Pas un observatoire de plus (ou de moins). Mais un collectif d’observation indépendant, à but scientifique, non-partisan et sans but lucratif, qui n’aurait d’autres aboutissement que de produire des informations autres que généralistes et sommes tout inutile. Avec un unique objectif commun : rendre visibles spécifiquement et statistiquement les « violences au couteau » [4] sur le territoire français. Indépendance (d’esprit et de pratique) et science étant profondément liées.

Pourquoi l’indépendance ? Fondamentalement dans un objectif d’efficacité. Il n’y a aucune défiance, aversion ou méfiance particulière envers les études et les recherches effectuées et financés par des subventions privées ou gouvernementales. Mais elles ont tous simplement montrés depuis des années, de façon factuelle, leurs totales insignifiances scientifiques et citoyennes. Produire des rapports et des études qui n’ont aucune utilité et n’ont aucune mises en application, si ce n’est une loi de plus, sans forme de pédagogie utilitaire, se doit inéluctablement d’avoir une fin. A quoi sert la science si elle ne change pas la condition des hommes.

La force d’un collectif est le maillage. Tout un chacun a la possibilité de se spécialiser très facilement selon son niveau de compétence, dans une tâche bien particulière. Même sans aucune estimation évaluable, cette collecte de données aurait de toute façon un coût totalement dérisoire, comparativement à ces recherches de grandes ampleurs. C’est le déploiement de ce maillage de compétences qui permettrait d’obtenir des résultats fiables. Sans que l’argument du coût puisse être mis en avant.

La simple création d’une vrai et réel communauté d’observateurs et d’observatrices formées, avec les médias comme tête de pont peu produire des résultats relativement rapides. Médias qui par leur fonction d’enquêteur de terrain, sur le temps long, auraient pour objectif principal cette collecte. Et enfin la remonté organisé et systématique d’informations brutes, sans biais, vers ce collectif d’observation indépendant. Le premier grand pas, à titre éthique, consisterait à mettre un terme à l’affichage de ces événements dans la rubrique des faits divers. Cela permettrait enfin une observation sérieuse des « violences au couteau » [4] sur le territoire français.

Pour accélérer le temps nécessaire à une tel observation, seule la multiplication des observateurs et d’observatrices de terrain est nécessaire. Il n’est plus possible d’attendre plus longtemps pour mettre en place l’accès à la connaissance la plus précise sur ce sujet de société. Sujet qui a parcouru l’histoire de l’homme en silence, depuis que le tranchant à été inventé. En tant qu’observateur et observatrice, il suffirait de se baser sur une grille de relever commune, qui vise uniquement les « violences au couteau » [4] (les lieux, le type de couteau…). Afin, de transmettre cette base de données à des personnes qualifiées dans ce domaine, pour en synthétiser des résultats probants. Résultats, qui pourraient par la suite se matérialiser par la mise en place de formation adéquate et réaliste. Par la vigilance accrue dans certains lieux, à certains horaires, etc.

L’objectif final n’est surtout pas de criminaliser le citoyen et à nouveau mettre en place une entrave légaliste de plus. La législation sur le port d’arme étant suffisamment restrictive. Mais d’observer notre société par tous les moyens d’observation possible afin d’en tirer des bénéfices concrets :
- afin de mettre un terme à des comparaisons non-scientifiques, hasardeuses, avec d’autres cultures et d’autres pays ;
- afin de mettre en lumière la réelle ampleur (ou non) de ce phénomène de société ;
- afin et surtout, d’arrêter de se servir, de diffuser et d’entretenir cette indicible peur.

Conclusion

Le concept de sécurité humaine [5] n’est pas un dogme utopiste de plus. Il s’agit d’un cadre de planification et d’analyse éprouvé qui encourage des actes plus globale et axée sur la prévention, dans tous les secteurs, grâce à des solutions adaptées aux différents contextes et à des partenariats visant à aider les populations touchées à se libérer de la peur et du besoin et à lutter contre l’indignité. Il s’agit d’un concept à l'utilité prouvée pour la mise en œuvre des mesures prioritaires.

L’application du concept de sécurité humaine promeut la mise en place d’actions globales qui s’attaquent aux causes et aux conséquences multidimensionnelles des crises complexes et peut s’appliquer au cadre des « violences au couteau » [4]. Elle appelle par conséquent des entremises concertées de la part d’un réseau de parties prenantes pour assurer une réponse durable aux déficits les plus importants en matière de paix et de développement de celle-ci.

La sécurité humaine promeut les droits de l'homme, car elle traite des situations qui les menacent gravement et soutient le développement de systèmes qui donnent aux individus les éléments de base de la survie, de la dignité et des libertés essentielles. Pour ce faire, il utilise deux stratégies générales :
- la protection
- l'autonomisation.

La protection protège les gens des dangers directs, mais cherche également à développer des normes, des processus de formation et des institutions autres que régaliennes qui maintiennent la sécurité.

L'autonomisation permet au public de développer son potentiel et de participer pleinement à la prise de décision. La protection et l'autonomisation se renforcent réciproquement, et les deux sont essentiels.

Principes et méthodologie de cette approche

Approche statistique indépendante des agressions au couteau en France, basé uniquement sur un relevé de faits et pas sur une accumulation de témoignage. Sur plus de 3 ans et demi (1362 jours), entre le 25/07/2016 et le 31/12/2019. L'unique objectif de cette première approche statistique sur les agressions au couteau en France est la sensibilisation. Cette approche est apolitique, apartisane, pour l’intérêt général et le bien commun. Toutes autres interprétations, tentatives de récupération et d’interprétation à des fins idéologiques ou financières, s'éloignent de l'objectif. Cette recherche n’a pas de vocation morale, ni pour objectif de convaincre. Elle est amorale, sans jugement et ne fait que transmettre des informations (5). Conflit d'intérêt : la présente recherche et son auteur n’ont aucune relation financière avec une personne ou une quelconque organisation extérieur au projet. Aucun financement n'a été reçu pour mener cette recherche.

Cette approche sur les agressions au couteau en France ne doit pas à être considéré comme une étude. Car son protocole ne respecte pas l’intégralité des principes scientifiques prescrits. Les sources utilisées sont issues d’une cohorte de 1711 articles de presse. Articles de presse, sources secondaires (6), qui correspondent à 1711 agressions au couteau et/ou armes blanches sur le territoire français. Le terme agression se définit dans cette approche par une menace ou une atteinte physique avec un couteau et/ou une arme blanche tranchantes ou contondantes, de quelques natures qu’elle soit. Ces articles de presse n’ont pas regroupé systématiquement l’intégralité des informations nécessaires pour cette recherche. À partir de 3 critères manquants sur 15 et sans sources extérieures complémentaires, les articles n’ont pas été pris en compte. 336 articles de presse qui correspondent à 336 agressions au couteau et/ou arme blanche tranchantes ou contondantes, n’ont pas été pris en compte. Les agressions au couteau ou à l’arme blanche recensé dans cette recherche ne peuvent donc représenter qu’une estimation basse de la réalité du phénomène.


Statistiques attaques couteau en France

Pour diverses raisons les statistiques d’attaques au couteau en France sont très mal comptabilisé et étudié. Pourtant les médias dominant laisse ces derniers temps... Statistiques attaques couteau en France

Agression au couteau chez les adolescents

Peu d'études sur les agressions au couteau chez les adolescents, à l'échelle nationale et internationale, ont fait l'objet de recherches rigoureuses et... Agression au couteau chez les adolescents



Ressources et sources

[*] Global study on homicide 2019
https://www.unodc.org/unodc/en/data-and-analysis/global-study-on-homicide.html
https://www.unodc.org/documents/data-and-analysis/gsh/Booklet1.pdf
http://worldpopulationreview.com/countries/safest-countries-in-the-world/
http://worldpopulationreview.com/countries/most-violent-countries/
http://gamapserver.who.int/gho/interactive_charts/violence_prevention/homicides/atlas.html
[**] A History of Violence: Edge Master Class 2011. Steven Pinker
https://www.edge.org/conversation/mc2011-history-violence-pinker
The Visual History of Decreasing War and Violence
https://slides.ourworldindata.org/war-and-violence/#/title-slide
[1] L’alcool et la violence à l’égard du partenaire intime
https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/promotion-sante/arretons-violence-familiale/ressources-prevention/femmes/dossier-alcool-violence-egard-partenaire-intime.html
https://www.canada.ca/content/dam/phac-aspc/migration/phac-aspc/sfv-avf/sources/fem/fem-intin-alco/pdf/fem-whoms-alco-fra.pdf
L’alcool et ses conséquences sociales :  la dimension oubliée
http://appel-arlon.net/telech/OMS_03.pdf
(2) Commission « Services publics et services aux publics »
https://www.cnis.fr/wp-content/uploads/2018/12/DPR_2019_1re-reunion_ComSerpu_AO_Insee_CVS-2020.pdf
(3) 1 ETP correspond donc à 1 519 heures de travail sur une année civile, qui peuvent être réalisées par un ou plusieurs salariés
68335 heurs de travail sur une année civile
Que veut dire « ETP » ?
http://www.cpnef.com/index.php/cpnef-centres-sociaux-petite-enfance/cpnef-faq/423-cpnef-faq-definition-etp.html
[4] La terminologie « violences au couteau » englobe l’utilisation de cette arme dans le cadre de vol, de menace et d’agression physique.
[5] Qu’est ce que la sécurité humaine ?
https://www.un.org/humansecurity/fr/what-is-human-security/

 

02/03/2020