Technique pour désarmer un agresseur au couteau

Désarmer un homme armé d'un couteau

Il existe de nombreuses techniques pour désarmer un homme armé d'un couteau, mais absolument toutes sont extrêmement risquées. Certaines sont fausses, mensongères voir suicidaires. « Comment faire face à une attaque au couteau ? 4 techniques secrètes. Comment désarmer quelqu'un qui vous agresse avec un couteau ? Regardez ces techniques infaillibles ! » Voilà ce qui est promit à l’internaute. Au niveau biomécanique certaines de ces techniques sont réalisables. Sauf que la principale problématique qui se pose dans leurs applications, c’est que les paramètres les plus importants dans la réussite de l’exécution et l’élaboration ne sont jamais pris en compte : contexte, apparition du couteau, vitesse de l’arme, mouvements de l’agresseur, trajectoires erratiques... Se défendre en cas d'attaque d’un homme armé au couteau est la partie de la self-défense la plus difficile et ne peut être qu’une discipline spécialisée en soi.

Les agressions au couteau ont lieu ou sont lancées (arme visible) à une distance courte (de 1 mètre à 1 mètre 50 de la victime). Ces contraintes mécaniques sont établies, car pour pouvoir atteindre sa cible l’agresseur est dans l’obligation de s’en approcher ou d’être à portée (la longueur de son bras plus la longueur de la lame.) pour toucher. À cette distance, il est donc impossible d'éviter le combat. À ce stade, il est donc important de dire qu’il n’existe pas de technique infaillible à mains nues pour arrêter une attaque au couteau. Et encore moins pour désarmer un homme armé d'un couteau.

En raison de la diversité des situations possibles, les seules techniques pour désarmer un homme armé d'un couteau est d’être d’abord capable d'improviser en permanence et d’apprendre à s’adapter en permanence sur toutes les trajectoires possibles. L’entraînement consiste donc à établir des tactiques de défenses les plus simples possibles. Ces tactiques de défense contre l’arme la plus rapide et dangereuse en combat rapproché existe depuis des temps immémoriaux. Elles n’intégreront jamais l’utilisation de gestes nécessitant l’utilisation de la motricité fine. Envahis par la peur primale de mourir, le cerveau humain ne laisse pas à la disposition de celui-ci l’utilisation de cette motricité dans des moments comme cela.

Dans la majorité des cas de figure, des techniques de désarmement sont élaboré sur un partenaire coopératif. Avec soi, les diverses réponses possibles, mais toujours avec un partenaire coopératif. Confronté à l’agressivité réelle, c’est là que la plupart de ces techniques de désarmement échouent. De surcroît, l’élaboration, l’apprentissage et l’entraînement se pratiquent dans une salle de sport ou un dojo. Environnement qui ne pourra jamais reproduire la moindre ressemblance dans la contextualisation. Les techniques doivent donc être considérées davantage comme des compétences, qu’il serait peu probable d’être amené à utiliser et uniquement en toute fin de combat.

Se défendre face à une arme blanche : la dure réalité

Vouloir transmettre le genre d’exercices et de techniques de self-défense qui ne fonctionne pas vraiment, mais qui sont toujours pratiqués contre une attaque au couteau revient à essayer de trouver un moyen d’éviter une balle. Le tous dans un espace confiné ou à une distance de contact minimum.

  • le couteau coupe tout sur son passage ;
  • il ne s’enraye jamais ;
  • il ne manquera jamais de balles ;
  • tous le monde sait s’en servir ;
  • une attaque au couteau est par nature imprévisible ;
  • la vitesse et les forces en jeu sont considérables ;
  • les angles d’attaques et la vitesse sont erratiques.

Prendre le contrôle du bras, tordez le dans tous les sens, secouez très fort et désarmer l'adversaire le plus rapidement possible. Dans 99 % des cas voilà à quoi pourrait se résumer les techniques (mythes) pour désarmer un homme armé d'un couteau. Doigts, bras, main, visage, jambes seront tous sérieusement coupés en essayant la plupart de ces techniques. Qu'en est-il de ce 1 % qui fonctionnerait ? Nous voulons tous savoir qu’elle la technique ultra-secrète réservée aux ninjas, aux forces spéciales ou à un type qui le vend en ligne pour la modique somme de 19,99 euros.

Ces propos peuvent paraître dure et déplacé, mais l’enjeu est trop grand. Le problème avec beaucoup de techniques de désarmement au couteau est que la personne qui les enseigne est généralement comme une vierge prétendant pouvoir vous apprendre tout ce qu’il faut savoir sur le sexe, car elle a regardé beaucoup de porno. Alors que toute la différence dans une situation impliquant une arme (un tournevis aussi bien qu'un couteau), se base sur la prise de décision tactique qui permettra, sois de :

  • sortir indemne avec un petit passage à l'hôpital sur ces deux pieds ;
  • se rendre à l'hôpital ou à la morgue en position allongé.

Tactiques et surtout pas techniques face à un couteau

Les concepts fondamentaux à accepter avant de prétendre apprendre la moindre tactique sont les suivants :

  • quoi qu’il arrive, tu seras coupé ;
  • quoi qu’il arrive personne ne viendra t’aider.

Avant de parler de tactiques, il est important de connaître la différence entre une attaque et une menace. Concernant une attaque, c'est relativement simple. C’est déjà trop tard, il n’est plus possible de réfléchir, il faut agir. Il existe une énorme différence entre l'affichage d'une menace et une attaque réelle. Les manifestations de menaces sont étroitement liées aux différents types de violence. Le fait de brandir une arme n'est pas du bluff. Cela montre jusqu'où la personne est disposée à aller pour nous amener à changer de comportement ou obtenir ce qu’elle veut. C'est une déclaration d'engagement. Le fait de brandir d’une arme est le dernier instant, si la distance le permet, pour envisager de fuir.

La distance

La première chose à comprendre à propos de tout ce qui est prétendu sur le fait de désarmer un homme armé d'un couteau est qu’inversement la meilleure réponse est de ne pas s'engager et de conserver le maximum de distance. Cela peu forcément consisté à courir, mais pas seulement. Le plus gros problème avec ce qui est promu avec le désarmement des armes, c’est qu’il est basé sur uniquement sur une réaction et non sur toutes les exigences de survie d’un combat. Pour être plus précis, ces désarmements reposent sur l’idée qu’il est possible d’avoir le temps d’effectuer plusieurs attaques qui, cumulativement, causeront suffisamment de dégâts pour arrêter l’agression. Ce qui n’est absolument pas en prise avec la rapidité de la réalité.

Les impondérables

Les impondérables problématiques sont que face à un couteau :

  • il n’y a pas le temps de faire des mouvements qui seront immédiatement efficaces ;
  • un mouvement inefficace peut causer beaucoup plus de dégâts ;
  • tant qu'il est debout, mobile et conscient, il reste une menace ;
  • sidéré par la terreur, s’il y a une tentative de mouvement, elle sera probablement imparfaite avec un engagement partiel.

Le problème n'est pas l'arme, c'est la personne qui la tient. C'est elle qu’il faut rendre incapable de fonctionner. Le plus gros problème avec ces techniques de désarmement, c’est qu'elles se concentrent sur l'arme et non sur la personne qui la tient. Cette arme est un symptôme, la personne est la maladie. Les meilleures probabilités de survie face à une attaque à l’arme blanche dépendent de la capacité à répondre aux critères suivants :

  • ce n'est pas un combat et il ne faut pas essayer de combattre ;
  • l’unique objectif est de neutraliser dès que possible le porteur et pas l’arme ;
  • toujours faire son possible pour conserver de la distance ;
  • toujours rester mobile ;
  • faire dévier l'arme pour qu'elle pointe ailleurs.

Les détails de la manière d'atteindre ces tactiques de survie ne sont pas aussi importants que le fait de les respecter. Pour survivre, il faut non seulement atteindre ces points, mais le faire sans hésitation et avec un engagement total.

Comment survivre face à un homme armé d’un couteau

Désarmer un homme armé d'un couteau, cinq astuces qui pourraient vous sauver la vie lors d'une attaque au couteau, se défendre contre un couteau, ne sont que des éléments de langage trompeur. Pour peu que cela soit proposer en DVD ou en vidéo pour la modique somme de 10,99 euros, vous pouvez avoir la certitude que cela n'a aucun intérêt. Le combat au couteau ou la survie face à cette arme ne peut se pratiquer et s’apprendre uniquement que dans une école qui ne se consacre qu’à cela.

09/04/2019


Agression couteau : se défendre contre ?

Dans de trop nombreuses écoles de self-défense, il est affirmé que la solution à « que faire en cas d'attaque au couteau ? » à été trouvé. Croire que contre les agressions au couteau, il est encore possible de pratiquer des entraînements en statique, face à face et sans aucun mouvement...

Agression couteau : se défendre contre ?

Comment des techniques de combat au couteau pourrait être utile en pdf ? Comme tous système de self-défense, une technique de combat au couteau ne peut avoir la moindre utilité à être téléchargé en pdf... Technique de combat au couteau en pdf ?