Combat au couteau l'art méconnu

L'art du combat au couteau est encore méconnu dans de nombreux pays. Nous connaissons et pratiquons en France une grande variété d'arts martiaux grâces à des fédérations qui se battent pour qu’ils se perpétuent. Pourtant, alors qu'il est né en partie à nos frontières, l'art du combat au couteau reste néanmoins totalement méconnu du grand public. L’Italie, l'Espagne, le Portugal (Jogo do pau) (1) ou encore la Finlande (Puukkojunkkari) (2) sont les pays les plus proches qui ont vu apparaître les plus anciennes cultures de cette pratique issues indirectement de l’escrime traditionnelle.

Historiquement, à toutes les époques et sur tous les continents, à un moment ou à un autre cet art du combat au couteau est entré dans la clandestinité ou à disparu. Que cela soit pour mater des rebellions, interdire les duels ou désarmer une population, le port ou la pratique de cet art martial basé sur la survie des populations à été réprimé. Dans certaines cultures, la transmission ne se faisant qu’à l’oral, cette connaissance s’est perdue au fil des générations.

Espagne. Arte de lucha con cuchillos et Sitra Achra

Le plus vieil ouvrage espagnol existant sur l'art de manipuler le couteau date de 1849 et à été publié à Madrid sous le titre : "Manuel du Baratero, ou l'art de manipuler le couteau et les ciseaux des gitans". Le manuel fournit des informations sur un jargon particulier, propre au combat au couteau. Le couteau classique est apparu en Espagne à la fin du siècle XVI, de forme tellement généralisée et pratique qu’il a bientôt été étendu à toute l'Espagne. Il est devenu pour l'époque une arme nécessaire pour garantir sa sécurité lors des nombreuses agressions auxquelles pouvaient être exposés la population. Car la pauvreté du moment ne permettait pas d'avoir une police efficace et un système d'éclairage public, qui garantissait la sécurité dans les milieux ruraux. Dans la première moitié du XIXe siècle, la ville d’Albacete (3) était déjà à l'avant-garde quant à la renommée de ses couteaux, ainsi que le Navaja (4) d’Andalousie.

Les origines de l’art du combat au couteau espagnol remontent également au XVIIe siècle, lorsque Sitra achra désignait l'ensemble des techniques martiales qui dominaient certains secteurs de l’escrime aristocratique. De tels arts ont ensuite été adoptés par les gens ordinaires. Puisque la loi interdisait aux citoyens de porter des épées, cela à été remplacé par le couteau. Cet art est injustement identifié aux Roms (ou aux gitans). La vérité semble plus du fait que les conflits acharnés pour survivre étaient tellement fréquents parmi la population entière, que cette pratique n’était pas réservé à cette communauté.

L’Arte de lucha con cuchillos est un combat semblable à l’escrime, avec des couteaux et des sauts acrobatiques, dans lequel les concurrents se font face comme des épéistes. Cela peut être considéré comme un style de légitime défense, et même comme un sport, avec ses propres techniques et son propre système de combat. Système moins ritualisé que l’escrime, mais toujours avec des notions d’honneur. En tant qu'art martial, on pourrait l'appeler interne, car il ne cherche pas à utiliser la force contre la force, mais plutôt la technique contre la force. Refusant à tout moment l'affrontement et le contact direct avec l'adversaire, tout en tirant parti de la force de ce dernier. Il utilise non seulement des techniques armées, mais aussi, comme dans tout art martial complet digne de ce nom, des mouvements et tactiques précises avec les membres supérieurs et inférieurs. L'origine de toutes ces techniques se perd dans la nuit des temps, bien qu'au XVIIe siècle, elles aient été systématisées et soient devenues une partie du patrimoine culturel martial espagnol.

Chili. Escrime de Corvo : Combat et tradition

À l'heure actuelle, l'escrime Corvo fait l'objet de cours très restreints et réservés uniquement à des spécialistes des domaines civil et militaire. Autrefois, c’était simplement l’arme de survie des blessés. L'escrime Corvo est ajustée à un code d'honneur. Entre les combattants et en combat complet, les spectateurs n’intervenaient que rarement pour séparer les adversaires, saufs quand ils considéraient qu'ils avaient déjà perdu leur contrôle ou que le couteau était brandit par des combattants non-dignes d’honneur. Il convient de noter que lorsque le combat est sérieux, le duel était exécuté en attachant le pied gauche des combattants entre eux. En général, ils recherchaient un endroit isolé à l’abri des regards. La main droite était gantée, soit avec une couverture fendue en deux, avec un foulard ou simplement enveloppée dans un sac. Le bras gauche était également enveloppé et servait de bouclier pour arrêter les coups et les coupures. Convenu de cette manière, le combat était à mort.

Le Corvo est un instrument de défense : il a une conformation arquée comme une griffe. Le Corvo est une arme non-conventionnelle. Il est connu qu'une lame incurvée provoque plus de dommages anatomiques qu'une lame droite en raison de l'effet de déchirement géométrique qu'elle laisse sur le corps de la personne touchée, tandis qu'une lame droite laisse une coupe nette qui peut être facilement suturée. Contrairement à d'autres types d'escrime, dans lesquels on parle de coupes ou de fentes, l'escrime de Corvo parle de coups ou de picotements, car il est nettement plus facile de faire des dégâts plus importants sans une préparation aussi spécialisée que d'autres armes, puisque le Corvo ne nécessite pas beaucoup de force, de dextérité, de souplesse ou d’agilité pour être utilisé efficacement. Par conséquent, quand il touche, il blesse grièvement. Pour cette raison, les autorités de police de l’époque ont mené des campagnes dans l’ensemble du Chili pour interdire l’utilisation du Corvo. Mais son contrôle est extrêmement difficile, car ceux-ci pouvaient être fabriqués avec un morceau de scie, le bout d’une faucille...

La lutte avec Corvo est brutale et sans pitié, l'attitude mentale vient en premier et il ne faut chercher que le coup qui met fin immédiatement au combat puisque :

  • le Corvo n'a aucune aptitude à se défendre ;
  • il est lent à bloquer ;
  • sa forme ne lui permet pas de couvrir une attaque ;
  • sa portée maximale est réduite.

Les traditions du Corvo

Le Corvo devait porter un nom, car "dès qu'il touche du sang, il vit". Il n’était jamais acheté, sauf s’il était vendu par un ami. Il pouvait être transmis, légué, capturé ou volé. Une fois fait ou acquis, le Corvo devait accompagner son maître tout au long de sa vie, comme s'il s'agissait d'un prolongement naturel de lui-même. Autrefois, lorsque la rancœur était alimentée par l'alcool, le Corvo se livrait au duel. L'utilisation du Corvo au Chili est en train de disparaître progressivement. L'art d'utiliser cette arme également. Depuis 1990, le gouvernement du Chili va jusqu’à effacé d'innombrables silhouettes de corbeaux. Ces silhouettes avaient été gravées sur les pentes des collines qui dominent les endroits où des batailles avaient eu lieu, rappelant toutes le passé du Chili et de nombreuses forces militaires. Quelque chose d'aussi important dans la culture chilienne ne devrait pas être effacé indépendamment des courants politiques qui se succèdent.

Bon ou mauvais cela fait partie de son histoire et de l’histoire des hommes.

Sources

(1) http://mundiumhispanico.blogspot.com/2014/07/artes-marciales-ibericas.html
(2) https://en.wikipedia.org/wiki/Puukkojunkkari
(3) https://www.spain.info/fr_FR/que-quieres/ciudades-pueblos/provincias/albacete.html
(4) https://howlingpixel.com/i-en/Navaja
Hernández M., JE 2014. Dictionnaire encyclopédique des armes, voir 1.1 . Sanjal-Do.
Hernández M., JE 2014. Guide du couteau, version 1.0 . Sanjal-Do.
Plath, O. 1946 . La langue des couteaux . Dans: Pont du Chili. Zig Zag. Chili


escrime lame courte

L'escrime lame courte devrait être essayé une fois par tout artiste martial qui se respecte. Car dès les premiers instants de pratique en compétition ou en entraînement, cet art méconnu de l'escrime lame courte

Escrime lame courte : Lajolo knife system

Après des années de recherche et de travail acharné, le système d'escrime lame courte Lajolo Lajolo knife system obtient la consécration...

Escrime lame courte : Lajolo knife system