Une pratique accessible à tous ?

Self-défense et l'agression ?

Pour pouvoir aborder la self-défense et l’agression en tant que pratique utile qui permettrait de se sortir de situation de violence sain et sauf, il faut apprendre qu'est-ce que l'agression et comment l'étudier ? L'une des problématiques les plus importantes rencontrée dans les études sur l'agression est la mesure. Il existe une demande constante de procédures, de techniques et d’instruments de mesure permettant une évaluation précise et objective des différentes formes d’agression.

En tant que prise de conscience, le besoin de self-défense personnel est une préoccupation pour tout le monde de plus en plus répandu. La philosophie principale de la self-défense, quelle que soit sa forme, est de fuir sain et sauf sans blesser autrui, sauf si cela est absolument inévitable. La majorité des nouveaux pratiquants de self-défense n'ont jamais eu d'expérience en arts martiaux dans le passé. Ils choisissent d'apprendre la self défense non pas pour devenir des agresseurs, mais pour savoir réagir à une agression et la confiance que procure le fait de savoir comment réagir.

Les divers types d’agression

Comment et selon quels critères identifier et classer ces différents comportements ? L’agression peut revêtir des formes très diverses allant de la simple remarque sarcastique à l’homicide. Arnold Buss (1) a défini trois dimensions caractérisant l’agression :

  • physique-verbale (l’agression est exprimée par des gestes ou des paroles.) ;
  • active-passive (elle correspond à une action positive que l’individu omet volontairement de réaliser.) ;
  • directe-indirecte (la victime est physiquement présente ou absente.). La combinaison de ces trois dimensions permet de définir huit types d’agression différente. L’intérêt de cette classification est essentiellement d’illustrer la diversité des comportements susceptibles d’être identifiés comme des agressions.

Les observations de Feshbach (2) concernant des problèmes liés à la nécessité de disposer de mesures objectives et standard reposent toujours sur l’ambivalence, et pas seulement sur la complexité de ce qui est mesuré. Même avant toute tentative de mesure, la définition et la classification des différentes formes d'agression sont toujours perçues comme des questions à débattre et à approfondir comportant de nombreux problèmes (3).

Quelques déterminants de l’agression impulsive

La notion même d'agression a en effet été utilisée pour désigner une grande variété de phénomènes différents :

  • parfois pour indiquer une construction théorique très étendue ;
  • parfois pour décrire des événements spécifiques et très raccourci.

Ce n’est que trop souvent dans la littérature que les termes agressivité et agression ont été utilisés de manière plus ou moins interchangeable pour représenter différents phénomènes, et en association avec d’autres termes, ou en remplacement de ceux-ci, par exemple violence, hostilité... L’incertitude qui en résulte sur le sens réel des termes utilisés est l’une des causes les plus fréquentes de malentendus.

Il serait toutefois simpliste de penser que ces difficultés et ces ambiguïtés découlent uniquement de problèmes de nature conceptuelle. En réalité, en particulier dans le cas d’une agression, il faut tenir compte d’une grande variété d’aspects culturels et idéologiques qui rendent encore plus difficile l’identification des connotations et des déterminants réels des divers comportements en ce qui concerne les valeurs et les règles, qui sont partagées à différents degrés par des individus et des groupes (4). Les résultats des études ayant directement ou indirectement contribué à la connaissance des caractéristiques des deux échelles confirmant leur intérêt en tant qu’instruments de recherche expérimentale sur l’agression et pour la détection de différences individuelles particulières dans la tendance à afficher un comportement agressif.

Il existe des preuves à l'appui de l'hypothèse selon laquelle une tendance accrue à produire une « agression impulsive ou réactive » (5), comme c'était principalement le cas dans les expériences mentionnées, peut être associé non seulement à une tendance accrue à adopter une attitude offensive, comme dans le cas défini comme "irritabilité", mais aussi avec une plus grande tendance à adopter une attitude passive-défensive, comme dans le cas défini comme "susceptibilité émotionnelle". Sur la base d'une étude de la recherche sur les animaux non-humains et les animaux humains, il a été avancé qu'un large éventail de conditions aversives suscitait des penchants pour le vol et la lutte. Divers facteurs déterminent la force relative de ces dispositions, de sorte que l'instigation à l'agression ne se manifeste pas toujours dans un comportement manifeste. Il est également affirmé que l'inclinaison agressive stimulée de manière avérée par les animaux non-humains et les animaux humains ne vise pas uniquement à diminuer la stimulation nocive, comme la douleur. Certaines influences, telles que le conditionnement classique, sont communes aux animaux non-humains et aux animaux humains, mais les processus de pensée sont probablement plus importants pour affecter les réactions humaines aux événements aversifs. Le rôle de ces processus de pensée est discuté, et il est suggéré que la théorie cognitive des émotions de (6) mettant l'accent sur l'auto-étiquetage des sentiments, ne s'applique pas aux agressions provoquées par aversion. Une conception néo-associationniste des émotions en réseau est privilégiée comme alternative. Il est également suggéré que la douleur et la souffrance des personnes dépressives contribuent à leur prédisposition à l’agressivité. (7)

Susceptibilité émotionnelle, irritabilité et agression

En particulier, à la fois dans le cas de personnes très irritables et chez les personnes très sensibles sur le plan émotionnel, il est probable que le niveau croissant de chocs sélectionnés, dans des expériences où les réactions sont provoquées et où d’autres réponses sont exclues, est dû à leur faible capacité de domination, et de d’auto-contrôle total en cas de frustration. Par rapport à la présentation initiale des deux échelles présentées par Caprara (8), des contributions récentes visant à mieux comprendre les liens qui les unissent ont mis en évidence l’existence d’une structure latente commune, malgré les différences évidentes entre les items et les comportements associés.

Bien que ces tendances et les comportements correspondants ne soient clairement pas interchangeables, ils pourraient bien représenter différentes expressions des mêmes mécanismes ou structures profondément enracinés, tels que ceux liés à l'anxiété. Il ressort de l’examen des différents éléments des deux échelles que la susceptibilité émotionnelle est une étape éloignée de manifestations comportementales spécifiques et plus proche d’une instabilité émotionnelle plus générale ou d’une sensibilité à la perte de contrôle émotionnel.

Il semble également plausible que l'irritabilité soit une dimension plus directement liée à certaines manifestations agressives spécifiques. Tendance à laquelle il peut résulter de cette même instabilité émotionnelle ou sensibilité à la perte de contrôle émotionnel. Les deux dimensions semblent être liées à une propension générale à réagir de manière excessive aux événements perçus comme frustrants, ainsi qu’à une propension plus générale à percevoir les événements comme frustrants. Les deux types de réaction conviennent aux individus qui semblent être dans un état d’urgence permanent et, par conséquent, dans un état permanent défensif. Conformément à l'hypothèse initiale, les liens trouvés entre les deux échelles et un certain nombre de corrélations psychologiques de l'expérience émotionnelle confirment l'importance des liens entre émotion et agression. De tels liens méritent sans doute plus d'attention qu'ils ont reçu jusqu'à présent de la part de chercheurs expérimentaux.

Objectifs, conséquences et types d'agression

L’agression peut prendre diverses formes, notamment :

  • physique ;
  • verbal ;
  • mental ;
  • émotionnelle.

L’agression peut servir à plusieurs fins, notamment :

  • exprimer la colère ou l'hostilité ;
  • affirmer sa domination ;
  • intimider ou menacer ;
  • atteindre un objectif ;
  • protection de ressource ;
  • réponse à la peur ;
  • réaction à la douleur ;
  • rivaliser avec autrui.

Les psychologues distinguent deux types d’agression.

L’agression impulsive : également connue sous le nom d'agression affective, l'agression impulsive est caractérisée par de fortes émotions, généralement de la colère. Cette forme d'agression n'est pas planifiée et se déroule souvent dans le feu de l'action. Les recherches suggèrent qu'une agression impulsive, en particulier lorsqu'elle est provoquée par la colère, déclenche le système de réponse aux menaces aiguë dans le cerveau, impliquant l'amygdale, l'hypothalamus et la substance grise périaqueducale (ensemble de neurones qui joue un rôle important dans la douleur et les comportements de défense) (9).

L’agression instrumentale : aussi connue sous le nom d'agression prédatrice, l'agression instrumentale est caractérisée par des comportements destinés à atteindre un objectif plus large. L’agression instrumentale est souvent soigneusement planifiée et existe généralement comme moyen de parvenir à une fin. Agresser physiquement une autre personne lors d'un vol qualifié ou d'un vol de voiture. L’agresseur a pour objectif d’obtenir une ressource, et le moyen d’atteindre cet objectif est de faire du mal à une autre personne.

Conclusion

Plusieurs facteurs peuvent influencer l'expression de l'agression chez l’humain, notamment :

  • les facteurs biologiques : les hommes sont plus susceptibles que les femmes à recourir à une agression physique. De nombreuses études démontrent que les femmes sont moins susceptibles de se livrer à une agression physique, mais elles suggèrent qu'elles utilisent des formes d’agression non-physique, telles que l'agression verbale, l'agression relationnelle et le rejet social ;
  • les facteurs environnementaux : l’éducation peut jouer également un rôle. Les personnes qui grandissent dans un environnement violent et sont témoins d'agressions sont plus susceptibles de penser que cette violence et cette agressivité sont socialement acceptables ;
  • les facteurs physiques comme l'épilepsie, la démence, les psychoses, l'abus d'alcool, la consommation de drogue ou es des lésions cérébrales peuvent également influer sur l'agressivité. (10)

Même s'il reste encore énormément de recherche à effectuer, le concept d'agression est très important pour la self-défense. Car une connaissance approfondie de l'agression peut aider à générer de meilleurs modèles théoriques permettant de mettre en place des approches plus efficaces en matière d'intervention et de prévention. (11)

Sources

(1) Arnold Buss (1961)
(2) Feshbach (1970)
(3)  Berkowitz, 1981; Gaebelein, 1981; Nencini et Belcecchi, 1979; Tedeschi , Melburg et Rosenfeld, 1981
(4)  Pepitone, 1981
(5) Berkowitz, L. (1974). Some determinants of impulsive aggression: Role of mediated associations with reinforcements for aggression. Psychological Review, 81(2), 165-176.
(6) A. Schachter (1964)
(7) Aversively stimulated aggression: Some parallels and differences in research with animals and humans. http://psycnet.apa.org/record/1984-16957-001
(8) Instigation to aggress and escalation of aggression examined from a personological perspective: The role of irritability and of emotional susceptibility. G. V. Caprara, P. Renzi, P. Alcini, G. D' Imperio, G. Travaglia. 1983
https://onlinelibrary.wiley.com/doi/abs/10.1002/1098-2337%281983%299%3A4%3C345%3A%3AAID-AB2480090410%3E3.0.CO%3B2-6
(9) https://fr.wikipedia.org/wiki/Substance_grise_p%C3%A9riaqueducale
(10) The Neurobiology of Impulsive Aggression. Robert J. R. Blair 2016 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4779272/
(11) Concept analysis : Agression. Jianghong Liu. 2006. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC1570125/


Légitime self défense : blessures des victimes

À une époque où la self défense devient légitime et se généralise, la violence reste une catégorie majeure du débat médiatique ...

Légitime self défense : blessures des victimes

Karim Clémenceau : l'expérience de terrain

Karim Clemenceau : ou comment l'expérience de terrain, la confrontation à la violence pendant de longues années et la passion des sports de combat se sont rencontré... Karim Clémenceau : l'expérience de terrain