16/06/2023

Sécurité personnelle et niveaux de vigilance de Dean Cooper

Sécurité personnelle et niveaux de vigilance de Dean Cooper

Les niveaux de vigilance du code couleur de Dean Cooper sont les grands principes de base de la sécurité personnelle. Dans le cadre d’une approche éthologique, les animaux non-humains qui sont confrontés quotidiennement à la prédation appliquent ce principe de base depuis la nuit des temps : « La meilleure défense n’est pas la fuite, c’est l’évitement ».

 

Ce principe animal peut être pratiqué par n’importe qui avec de la volonté et la discipline de se l’appliquer. « La conscience de la situation est plus un état d'esprit qu'une compétence ». L’apprentissage de la sécurité personnelle, la self-défense ou la défense personnelle, peu importe comment on la nomme, ne commence pas dans un dojo ou une salle de sport. Elle ne commence jamais, car elle fait déjà partie intégrante de son quotidien. 

 

Nous vivons (principalement les citadins) de plus en plus dans des environnements totalement inadaptés. Assurer sa sécurité personnelle dans les mégalopoles actuelles nécessite une connaissance de son environnement de plus en plus complexe. Les humains sont des animaux sociaux. Les humains ont besoin d'espace pour être sociaux les uns avec les autres. Ils ont également besoin d'espaces qui permettent une réparation personnelle et un répit face aux exigences des autres ; des espaces extérieurs à leur habitation où ils se sentent néanmoins chez eux (1) et en sécurité.

 

Ce sont ces types d'espaces qui constituent les infrastructures de la vie sociale ; les espaces et les lieux qui soutiennent le lien social et la socialité sont l'infrastructure sociale d'une ville (2). Comment soutenir la vie sociale des villes, est une question cruciale pour une vie urbaine contemporaine sereine.

 

Cela pourrait être formulé de manière positive : comment les villes, en tant qu'immenses concentrations d’individus de tout horizon culturels et socio-économiques peuvent-elles supporter ces environnements urbains où les habitants ont un sentiment de confiance envers les autres, où ils coopèrent, où ils forment des communautés ? Ou bien, la question pourrait être inversée de manière préventive : comment les villes et les quartiers qui les composent peuvent-ils être aménagés pour contrer la solitude, l'isolement social et la mauvaise santé mentale ? (3)

 

La réalité de la vie dans les grandes agglomérations semble être tout autre. En 2022 (4) la délinquance s’avère être très centralisée dans ces grandes agglomérations. La majorité des crimes et délits sont commis sur seulement 1 % des communes métropolitaines, en général des agglomérations de plus de 100 000 habitants.

 

La délinquance impact amplement moins les zones rurales. Le nombre de crimes et délits pour 1 000 habitants est plus important au sein des grandes unités urbaines et le niveau d’exposition à la délinquance croît avec la densité de population. Il est observable que :

  • les vols violents sans arme, les vols avec arme (75 fois plus fréquents dans les grandes agglomérations) et les vols sans violence contre des personnes (12 fois plus nombreux) sont caractéristiques des communes les plus densément peuplées ;
  • la répartition territoriale des violences sexuelles, des coups et blessures volontaires intrafamiliaux et des cambriolages s’avère plus uniforme. Le taux de victimes pour 1 000 habitants passe de 0,8 dans les petites villes à 1,5 dans les grandes pour les violences sexuelles, de 0,8 à 4 pour les coups et blessures volontaires hors cadre familial, et de 0,8 à 3,1 pour les vols de véhicules.
  • le cambriolage constitue le type de délinquance le plus uniformément répartie : le taux pour 1 000 logements varie de 2,1 (petites communes) à 4,1 (grandes agglomérations).

Ainsi, la délinquance touche surtout : les capitales régionales (nouvelles ou anciennes, au regard de la réforme de 2015) et leur banlieue (Paris, Marseille, Lyon, Toulouse, Nice, Nantes…), hormis Ajaccio et Châlons-en-Champagne ; les côtes méditerranéennes et atlantiques ; la vallée du Rhône ; la frontière franco-belge.

 

Les communes qui n’ont enregistré aucun acte de délinquance pour plusieurs des dix indicateurs retenus se situent le long d’une diagonale allant des Ardennes aux Pyrénées ; dans une partie des massifs montagneux (Alpes, Jura, Pyrénées). Dans les communes rurales, qui accueillent 33 % de la population métropolitaine, les forces de sécurité ont cependant recensé près d’un quart de chaque grande catégorie de crimes et délits en 2021. Cette part est maximale pour les violences sexuelles (27 %) et les cambriolages (24 %).

Niveaux de vigilance, proxémie et gestion de la distance

Les codes couleurs de niveaux de vigilance de Dean Cooper rejoignent et s’imbriquent en grande partie dans la théorie d’Eward T. Hall sur la proxémie et la gestion de la distance chez les humains. La théorie de la zone spatiale, ou proxémique, a été inventée par Edward T. Hall et est définie comme la façon dont les humains et les animaux utilisent l'espace dans deux dimensions : la distance et la territorialité. Sa théorie décrit comment les animaux humains et non-humains perçoivent, utilisent et interprètent la distance, et corrèle comment ils utilisent la distance physique en fonction des états émotionnels et du contexte situationnel.

 

Dans « The Hidden Dimension », Hall décrit quatre zones spatiales pour décrire la communication non-verbale qu'il a observée spécifiquement chez les Américains : la distance intime est de 15 à 45 centimètres. Ensuite, la distance personnelle qui est de 45 à 76 centimètres. À cette distance, les mains peuvent facilement saisir les extrémités ; garder quelqu'un à « distance de bras ». La distance sociale, de 120 à 210 centimètres, est la distance la plus courante dans les rencontres d'affaires ou les rassemblements sociaux. Enfin, la distance publique est de 365 à 760 centimètres est une distance commune entre un orateur et le public.

 

L'aspect territorial de la théorie de Hall décrit comment les humains et les animaux utilisent l'espace pour marquer la propriété des zones et des possessions. Il existe trois types de territoire différents : primaire, secondaire et public. Le territoire principal peut être la maison et la cour d'une personne, et les limites de propriété sont généralement reconnues. Les territoires secondaires sont des espaces qui n'appartiennent pas à une personne précisément, mais sont associés à cette personne, comme une salle de classe ou un bureau de travail. Enfin, le territoire public est une rue, un parc ou un espace ouvert à tous.

 

Bien que la théorie des zones spatiales de Hall soit basée sur le comportement de citoyen américain, cela ne signifie pas qu'il n'a pas passé de temps à étudier d'autres cultures, car différentes cultures ont des règles non déclarées différentes sur l'espace personnel.

 

Hall a été critiqué pour avoir fait des généralisations de sa théorie sur les cultures à faible contexte et à contexte élevé, car ses études ne comprenaient pas de cohortes suffisamment larges. Des recherches plus poussées ont révélé qu'il existe de nombreux autres facteurs qui peuvent affecter la conscience spatiale, tels que le sexe, l'âge, et même le climat. Dans un article publié dans le Journal of Cross-Cultural Psychology, les distances interpersonnelles ont été analysées sur près de neuf mille participants de 42 pays différents.

 

Les résultats ont conclu que non seulement la culture, mais aussi l'âge, le sexe et le climat dans une région donnée produisaient des variations sur la proximité. Les résultats suggèrent que les climats plus chauds induisaient une proximité sociale plus étroite et que les femmes, les personnes âgées et les personnes vivant dans un climat plus froid préféraient une plus grande distance de proximité sociale.

 

Dans nos sociétés modernes, il n'est pas toujours possible de respecter le domaine personnel d'un autre individu (les transports en commun bondés ou les communautés urbaines surpeuplées). Bien que ces situations puissent être inconfortables, elles sont acceptées comme faisant partie de la vie quotidienne. Les cultures à forte densité de population seraient habituées à la proximité au quotidien, comme mentionné précédemment à propos de l'absence non déclarée du droit d'une personne à un espace personnel en public dans les pays du Maghreb.

 

La théorie de Hall sur la proxémie est un aspect fondamental de la communication quotidienne, de la gestion de la distance à des fins de sécurité personnelle, car elle se produit la plupart du temps à son insu. Pour devenir plus compétent en communication, il est essentiel d'être capable de lire et d'exprimer ces indices non-verbaux, car ils peuvent en dire long sur les intentions d'une personne ; c'est ainsi que les gens communiquent le confort ou l'inconfort et l'affirmation de la domination, entre autres choses.

 

C'est particulièrement important dans la communication interculturelle, car chacun a un sens inné différent de la façon de percevoir l'espace en fonction de sa culture. Observer le niveau de proximité d'une autre personne dans toute interaction peut révéler beaucoup de choses sur la façon dont la personne se sent dans cette situation, et être capable de ressentir ces signaux non-verbaux peut être extrêmement précieux pour de multiples utilisations. (5)

Niveaux de vigilance et code Cooper

John Dean Cooper était un lieutenant-colonel de marine qui a servi à la fois pendant la Seconde Guerre mondiale et la guerre de Corée. Il a obtenu un baccalauréat en sciences politiques de l'Université de Stanford et, au milieu des années 1960, une maîtrise en histoire de l'Université de Californie, Riverside. En 1976, Cooper a fondé l'American Pistol Institute (API) à Paulden, en Arizona. Il a également commencé à enseigner des cours de tirs aux forces de l'ordre, au personnel militaire et ainsi qu'aux civils.

 

Le moyen le plus important pour survivre à une confrontation mortelle, selon Cooper, n'est ni l'arme ni les compétences martiales. L'outil principal est l'état d'esprit de combat, énoncé dans son livre, « Principles of Personal Defence ». Dans le chapitre sur la sensibilisation, Cooper présente une adaptation du système du Corps des Marines pour différencier les états de préparation. Le code couleur, introduit à l'origine par Jeff Cooper, n'avait rien à voir avec des situations tactiques ou des niveaux de vigilance, mais plutôt avec son état d'esprit.

 

Comme l'enseignait Cooper, il se rapporte au degré de péril que vous êtes prêt à faire et qui vous permet de passer d'un état d'esprit à un autre pour vous permettre de gérer correctement une situation donnée. Cooper n'a pas prétendu avoir inventé quoi que ce soit de particulier avec le code couleur, mais il a apparemment été le premier à l'utiliser comme indicateur de l'état mental.

  • État Blanc :

 Inconnaissant et préparé. C'est une condition que vous devriez essayer d'éviter. Vous perdrez probablement un combat dans cet état. L'un des seuls moments où vous êtes en condition blanche, c'est quand vous dormez. Et même dans ce cas, vous ne vous considéreriez pas comme non préparé ; vous n'êtes tout simplement pas au courant. Si vous êtes attaqué en condition blanche, la seule chose qui peut vous sauver est « l'insuffisance ou l'incompétence » de votre attaquant. Lorsque vous êtes soudainement confronté à une agression dans cet état, votre réaction immédiate sera probablement la sidération et ses conséquences. La majorité des gens passent une grande partie de leur vie dans cet état d'esprit.

  • État jaune :

Alerte relaxée. Le jaune signifie que vous êtes conscient de ce qui se passe autour de vous, mais que vous ne percevez aucune menace potentielle. Votre état d'esprit doit être prêt à vous défendre si le besoin s'en fait sentir. Partout où vous allez, vous devriez être en condition jaune. Vous devez observer les personnes qui vous entourent et évaluer en permanence le niveau de danger de chaque personne dans votre esprit. Il n'y a pas de situation de menace spécifique. Votre état d'esprit est que, « aujourd'hui pourrait être le jour où je devrai peut-être me défendre ». Vous êtes simplement conscient que le monde est un endroit potentiellement hostile et que vous êtes prêt à vous défendre, si nécessaire.

 

Vous utilisez vos yeux et vos oreilles et vous n'avez pas besoin d'être armé dans cet état. Vous devez toujours être en jaune chaque fois que vous vous trouvez dans un environnement inconnu ou parmi des personnes que vous ne connaissez pas. Vous pouvez rester en jaune pendant de longues périodes, tant que vous êtes en mesure de « Surveiller vos six heures ». (Dans l'aviation, 12 heures fait référence à la direction devant le nez de l'avion. Six heures est l'angle mort derrière le pilote.) En jaune, vous « absorbez » les informations environnantes de manière détendue, mais alerte, comme un balayage radar continu à 360 degrés. Comme l'a dit Cooper, « je devrai peut-être tirer. »

  • État orange :

Alerte spécifique. Cela signifie qu'il y a une menace potentielle qui a retenu votre attention. Cela peut être presque n'importe quoi et n'aboutit généralement à rien, auquel cas vous revenez au jaune. L’exemple suivant cité par Dean Cooper semble exagérer pour les Européens que nous sommes, mais il s’agit d’un pays et d’une culture différente : « Un exemple de condition orange pourrait être lorsque vous repérez une arme à feu sous ce manteau volumineux… Instantanément, vous déterminez ce que vous allez faire s'il attrape cette arme ». Quelque chose ne va pas et retient votre attention. Votre radar a capté une alerte spécifique.

 

Vous déplacez votre objectif principal pour déterminer s'il y a une menace (mais vous ne laissez pas tomber vos six heures.). Votre état d'esprit passe à « Je devrai peut-être tirer sur cette personne aujourd'hui », en vous concentrant sur la cible spécifique qui a provoqué l'escalade de l'état d'alerte. Dans la Condition Orange, vous définissez un déclencheur mental : « Si cette personne fait, X choses », je devrai l'arrêter ». Votre pistolet reste généralement dans son étui dans cet état. Rester à Orange peut être un peu stressant, mais vous pouvez y rester aussi longtemps que vous en avez besoin. Si la menace s'avère nulle, vous revenez à la condition jaune.

  • Condition Rouge :

Combattre. Cela signifie que vous êtes dans un état d'esprit mortel et que vous vous battrez si les circonstances le justifient. Dans le scénario imaginaire précédent, « l’individu » sort une arme de sous son manteau. À ce stade, vous mettez en œuvre votre plan d'action qui a été déterminé lors de la Condition Orange. Cela ne veut pas toujours dire combat. S'il y a trop d'innocents autour ou si vous n'avez pas les moyens, votre meilleur plan pourrait être d'attendre et de voir ce qui se passe ou même de battre en retraite et d'appeler la police.

 

Votre déclencheur mental (établi dans la condition orange) a été déclenché. « Si « X chose » arrive, je tirerai sur cette personne ». En bref, le code couleur vous aide à « réfléchir » dans un combat. À mesure que le niveau de danger augmente, votre volonté de prendre certaines mesures augmente. Si jamais vous allez à la Condition Rouge, la décision d'utiliser la force létale a déjà été prise (votre « déclencheur mental » a été activé.).

Sécurité personnelle : une discipline mentale quotidienne

Le chaos social a commencé il y a longtemps et la probabilité que cela s'accélère est d’autant plus importante. Statistiquement, aucun de nous n'est à l'abri de la possibilité d'une mauvaise rencontre. Cela peut arriver soudainement, sans avertissement ou jamais. À moins que… Vous ne soyez conscient de la situation. La connaissance de la situation semble assez simple : être conscient de votre environnement le plus souvent possible. Mais c'est cet état d’esprit qui est inexistant chez la plupart des gens dans nos sociétés modernes : savoir ce qui se passe autour de vous. Identifier les menaces potentielles, les comportements criminels et les situations dangereuses.

 

Si vous faites partie de ceux qui aimeraient devenir plus conscients de la situation, voici quatre étapes pour y arriver :

  • Reconnaître que les menaces existent vraiment, même au sein de votre zone de confort. Elles peuvent exister à proximité de vous lors de vos déplacements et de vos routines quotidiennes. Malheureusement, beaucoup de gens sont affligés de préjuger de normalité. La plupart ont peu de considération pour leur propre sécurité tout en vivant dans ce cocon de sécurité imaginaire perçue. Ce qu'ils ne savent pas, c'est que leur perception de la sécurité est un bouclier très mince. Un faux sentiment de sécurité peut être encore plus dangereux.
  • Assumez la responsabilité de votre propre sécurité. La police, n'est pas partout. Vous êtes la première ligne de défense : « Lorsque les secondes comptent, la police n'est qu'à quelques minutes ». De plus, vous seriez extrêmement chanceux s'ils arrivaient en quelques minutes. Vous devez faire attention à vous-même et ne pas succomber à l'idée que quelqu'un d'autre sera là pour vous protéger.
  • Faites confiance à votre « intuition », qui est en réalité une perception comportementale naturelle à écouter. De nombreuses personnes qui ont éprouvé ces sentiments de danger avant un incident et qui ont choisi de les ignorer, sont devenues des victimes. Votre esprit semi-subconscient, associé à vos sens, a un moyen de vous alerter d'un danger potentiel, si seulement vous l'écoutez.
  • Effort conscient pour pratiquer la conscience de la situation. La dernière étape consiste à le faire réellement. Disciplinez-vous pour pratiquer consciemment la conscience de la situation. Faites attention à ce qui se passe autour de vous et entraînez vous à rester « dans le jaune » (alerte détendue). Ce n'est surtout pas de la paranoïa. Il s'agit plutôt d'une adaptation subtile de son comportement et de son état d'esprit. Entraînez-vous à être attentif à votre environnement, même lorsque vous êtes distrait ou occupé. Cela commence par lever les yeux de son téléphone et enlever ses écouteurs.

Quelles sont les villes les plus dangereuses en France 2023

Ce classement annuel des villes les plus dangereuses en France est diffusé chaque année début avril. Quelles sont les villes les plus concernées pour cette année 2023 ?... Quelles sont les villes les plus dangereuses en France 2023

Solutions pour lutter contre la délinquance ?

La criminalité a des causes sociales. Sans l’aide des sciences sociales, la présence policière n’a aucune incidence... Solutions pour lutter contre la délinquance ?


Sources :

 

(1) Anderson, Citation 2011 ; Talen, Citation2019 ; Blokland, Citation 2017

(2)  Klinenberg, Citation2018 ; Latham & Layton, Citation2019

(3) Social infrastructure: why it matters and how urban geographers might study it

https://www.tandfonline.com/doi/full/10.1080/02723638.2021.2003609

(4) Délinquance : une répartition inégale sur le territoire français

https://www.vie-publique.fr/en-bref/284320-la-geographie-de-la-delinquance-lechelle-communale

(5) Hall, E. T. (1966). The Hidden Dimension. New York, NY: Anchor Books. Retrieved from:https://cyber.rms.moe/books/03%20-%20General%20Science/The%20Hidden%20Dimension%20-%20Edward%20Hall.pdf

Sorokowska, A., Sorokowski, P., Hilpert, P., Cantarero, K., Frackowiak, T., & Ahmadi, K. . . . Pierce, J. (2017). Preferred Interpersonal Distances: A Global Comparison. Journal of Cross-Cultural Psychology, 48, 577-592. doi:10.1177/0022022117698039 Retrieved from: https://journals.ohiolink.edu/pg_99?414236101062058::NO::P99_ENTITY_ID,P99_ENTITY_TYPE:270100175,MAIN_FILEHYPERLINK “https://journals.ohiolink.edu/pg_99?414236101062058::NO::P99_ENTITY_ID,P99_ENTITY_TYPE:270100175,MAIN_FILE&cs=3YDDn4dal8dK7q0sJoyFFx8YPxPv7O6zhU5YsR70n9stZ7Oz_IroxgtHO58KizmEne6ZFb3KcayiGotVZvnJ1Nw”&HYPERLINK “https://journals.ohiolink.edu/pg_99?414236101062058::NO::P99_ENTITY_ID,P99_ENTITY_TYPE:270100175,MAIN_FILE&cs=3YDDn4dal8dK7q0sJoyFFx8YPxPv7O6zhU5YsR70n9stZ7Oz_IroxgtHO58KizmEne6ZFb3KcayiGotVZvnJ1Nw”cs=3YDDn4dal8dK7q0sJoyFFx8YPxPv7O6zhU5YsR70n9stZ7Oz_IroxgtHO58KizmEne6ZFb3KcayiGotVZvnJ1Nw

https://journals.ohiolink.edu/pg_99?414236101062058::NO::P99_ENTITY_ID,P99_ENTITY_TYPE:36474900,MAIN_FILE&cs=3Yjm8YPVLfOvBpI4chzZ1w6qJWjhcaPDk9XZiMXW2OqE5eVmWz62ot9kuUlcsptwUw4Va6Vsbk8axHl1F4eclwQ”cs=3Yjm8YPVLfOvBpI4chzZ1w6qJWjhcaPDk9XZiMXW2OqE5eVmWz62ot9kuUlcsptwUw4Va6Vsbk8axHl1F4eclwQ