Comment lutter contre les différentes formes de violences

Quelles solutions contre la violence : traiter le meurtre comme une maladie

Les solutions contre la violence existent depuis bien longtemps, mais ne dépendent tous simplement que du bon vouloir des pouvoirs dirigeants. Quelles solutions contre la violence ? Elles sont multiples, simples et variées :
- l’aide et l’assistance avant et après la naissance des femmes isolés ;
- l'urbanisme ;
- la pollution.
Une autre solution contre la violence : le 30 juin 2009, les responsables du programme appelé CeaseFire (cessez-le-feu) ont rendu public le taux élevé de réussite de celui-ci, afin d’essayer d’attirer l'intérêt, à un moment de l'année où la violence déclenchée par la chaleur culmine. Grâce à ce programme qui traite la violence comme s'il s'agissait d'une maladie infectieuse, les tirs et les assassinats dans les zones défavorisées de Chicago et de Baltimore ont chuté de 41 à 73 %.

Les fondateurs du programme, expliquent qu'il repose sur un changement simultané des attitudes et des comportements et peu fonctionner n'importe où. La clé de la réussite est de changer, par un travail de fond, les normes sociales afin que la violence soit considérée comme « non cool », à la fois par les auteurs potentiels et leurs communautés. Au lieu d'être le moyen irréfléchi et systématique de régler un différend. « La violence se transmet de la même manière que les autres maladies transmissibles, nous formons donc des « interrupteurs de la violence » pour empêcher l’escalade ». « Ils changent la norme de « la violence est ce que j'attends de moi » à « la violence me rendra stupide », explique Gary Slutkin, fondateur de CeaseFire.

Alors que les « interrupteurs de violence » travaillent dans les rues pour intercepter et désamorcer les différends avant que quiconque ne soit blessé. Des agents de proximité travaillent en parallèle pour transmettre le même message par le biais :
- d’une mobilisation communautaire ;
- d’une grande campagne de sensibilisation du public ;
- des services, tels que des programmes sur la gestion de la colère, un traitement pour toxicomanie ou alcoolisme ;
- des services de garde d'enfants qui peuvent améliorer la vie des jeunes à risque, y compris les membres de gangs.
- des sensibilisations dans les écoles et des membres clé, tels que les prêtres.

L'effet net est que la norme « par défaut » de la violence instantanée se transforme rapidement en une norme dans laquelle la fusillade est considérée comme inacceptable et démodée. « 1800 de ces types d'événements ont été médiatisés avec succès au cours des 4 dernières années », détail Gary Slutkin. Le premier programme a été lancé en 1999. Il couvre maintenant un quart de Chicago et a été introduit plus récemment à Baltimore.

Qui sont ces  « interrupteurs de violence » ?

Une évaluation indépendante effectuée sur trois ans de CeaseFire a été publiée par le ministère de la Justice l'année dernière et a révélé qu'à Chicago, il réduisait la violence dans chaque communauté où il était déployé. Les tirs et les meurtres ont chuté de 41 à 73 %, les baisses de 17 à 35 % étant le résultat des interventions directes de CeaseFire. Les meurtres par représailles ont chuté de 100 % dans 5 des 8 communautés couvertes. « C'est une méthode qui est maintenant demandée », explique Gary Slutkin. « Nous avons reçu la visite de représentants de 30 villes et la formation a commencé dans au moins six. »

L'élément le plus important, mais le plus controversé du programme de lutte contre l'épidémie de violence consiste à envoyer des anciens condamnés pour violence avec arme dans la rue en tant que médiateurs des différends et mentors pour les jeunes. « À 17 ans, j'ai été arrêté à plusieurs reprises et condamné pour quatre infractions liées aux armes à feu », explique Jalon Arthur, un ancien multirécidiviste, lors d'une téléconférence le 30 juin. « Vous devez travailler avec des anciens condamnés. Car des messagers crédibles comme moi peuvent comprendre l'esprit des auteurs et avoir la mesure de la crédibilité de la rue pour surmonter la méfiance », a déclaré Arthur. « Pour les individus qui se livrent à des activités avec des armes à feu, il y a beaucoup de paranoïa qui les rend très difficiles à influencer. Mais parce que les interrupteurs de violence ont déjà traversé la transition eux-mêmes, ils ont les réseaux sociaux et suffisamment de crédibilité pour atteindre ces personnes », a t'il déclaré .

Mythe autour de la violence systémique

William Pollack, un psychologue clinicien à la Harvard Medical School, qui s’est impliqué dans le programme CeaseFire, affirme que le changement de norme sociale est la clé du programme. Sinon, les mythes persistant selon lequel les garçons ne peuvent s'empêcher d'être violent perdureront. « Les gens croient que les garçons sont condamnés à être agressifs, en particulier les hommes de couleur touchés par la pauvreté, et que c'est ainsi que les garçons doivent régler les différends », explique Pollack. « Mais nous savons maintenant que c'est l'expérience de socialisation qui crée cette attente. ». « Le modèle CeaseFire modifie ces normes et ces comportements sociaux », ajoute Pollack. « C’est un programme à base scientifique qui fonctionne. »

Gary Slutkin, dit que quand une norme de comportement atteint un niveau critique dans une communauté, elle est soutenue, créant un changement à long terme. De plus, Gary Slutkin est convaincu qu'il fonctionnera partout. « Nous avons été visités par 15 autres pays, et la même formation que nous utilisons aux États-Unis est maintenant déployée au Brésil et dans les Caraïbes, et nous avons eu quelques autres visites du Mexique, et même de Bassora en Irak. »

Gary Slutkin a déclaré qu'il y avait d'énormes économies à faire dans l'argent autrement dépensé pour les admissions à l'hôpital, les traitements et les soins postopératoires, ainsi que les coûts pour le système de justice pénale d'enquêter sur les fusillades et les meurtres. « Nous calculons que le coût d’économie aux États-Unis s'élèverait à 150 à 200 milliards de dollars chaque année », a-t-il déclaré.


Éviter de se faire agresser ?

La méthode pédagogique qui permet d'éviter de se faire agresser est d'une extrême simplicité et à la portée de tout un chacun. Par contre sa généralisation et sa contextualisation est indubitablement... Éviter de se faire agresser ?

Comment se défendre : la réalité des bagarres de rue

Comment se défendre dans la réalité des bagarres de rue ? Tout en sachant que la notion de «  réalité des bagarres de rue » n’est pas réellement définie, cela s’avère au préalable utopique de vouloir tenter d’apporter des réponses... Comment se défendre : la réalité des bagarres de rue



Source

CeaseFire: A Public Health Approach to Reduce Shootings and Killings
https://nij.ojp.gov/topics/articles/ceasefire-public-health-approach-reduce-shootings-and-killings

 

06/07/2020