Les bons réflexes en cas de self défense ?

Légitime self défense : blessures des victimes

À une époque où la self défense devient légitime et se généralise, la violence reste une catégorie majeure du débat médiatique français, mais uniquement sous se trait là, en parler. Le type de blessures des victimes et les homicides qui alimentent régulièrement la chronique médiatique, ne sont que rarement étudiés. La rareté des connaissances scientifiques sur les homicides en France n’est pas surprenante, car culturellement, nous sommes un pays qui cherche uniquement des réponses par l’intermédiaire de la sanction et de la répression.

Ce constat s’applique également dans l’étrangeté de la non-évolution de la légitime défense.
La légitime défense et l'exigence de proportionnalité obligent en France la personne agressée à prouvé que l’utilisation de celle-ci était justifiée.

L'augmentation rapide de la population, l'urbanisation et l'industrialisation ont entraîné une augmentation du nombre d’homicides par appât du gain, de vols qualifiés, etc... Dans tous ces cas, il peut y avoir ou non la présence de blessures de gestes de défense. Les blessures légitimes de self défense sont généralement apparentes dans les cas où l'agression s'est produite à courte distance. Celles-ci peuvent prendre la forme d’abrasions, de contusions, de lacérations ou même de plaies incisées.
La classification des blessures de self défense actives et passives est documenté dans la littérature scientifique des pays autres que la France, qui eux y consacrent des moyens. Ces blessures sont localisées aux endroits du corps qui sont utilisés le plus fréquemment pour se défendre ou se protéger, et se trouvent généralement :

  • à l'arrière de l'avant-bras ;
  • à l'arrière du bras,
  • à l'arrière de la paume de la main.

Outre ces blessures, les blessures de défense peuvent également être portées sur les jambes, les pieds ou le dos.

Les blessures vives de self défense de victimes sont liés lorsque l'arme incriminée est tenue en état de légitime défense. Ce sont généralement des plaies incisées sur la paume de la main. Les blessures passives sont apparentes sur l'extenseur des membres afin de protéger les parties vitales du corps en les recouvrant. Des précautions doivent être prises lors de l'interprétation médico-légale de ces blessures et elles doivent être différenciées des autres plaies. L’étude de S. Chattopadhyay et B. Sukutente (1) met en évidence les différents types de blessures de défense et leurs incidences chez les victimes d'homicide mortel en fonction de leur âge et de leur sexe. Les résultats sont corroborés par des recherches précédentes (2).

Les gestes de défense

Dans la présente étude (1), des blessures dû à des gestes de défense ont été constatées chez 48% des victimes d'homicide. Ce qui indique que dans tous ces cas, les victimes pouvaient appréhender l'agression avec des gestes de défense juste avant le moment de l’assaut. Ainsi, en se protégeant, ils ont subi des blessures de défense.

Les hommes sont plus sujets à ce genre de blessures que les femmes, car ils sont plus souvent victime de cette confrontation à la violence. Ce fait a été reflété dans cette étude qui montre que les hommes du groupe d’âge des 30 à 44 ans sont les victimes les plus courantes de blessures de gestes de défense. Par ailleurs, chez les femmes, les victimes du groupe d’âge des 15 à 29 ans étaient les victimes les plus courantes de telles blessures. Cependant, la différence d'incidence des plaies de défense entre hommes et femmes n'a pas été statistiquement significative lors de l'étude.
Les individus appartenant au groupe des personnes plus âgées sont plus vulnérables aux attaques générant des homicides en raison de leur action réflexe réduite et du manque de souplesse de leur corps dû à leur âge, ils sont incapables de se défendre. Dans le cas des enfants, c’est leur manque d’appréhension et leur moindre pouvoir de résistance par rapport aux assaillants qui font que les preuves de blessures à la défense sont moins nombreuses. En raison de ces motifs physiques et psychologiques, les individus de ces deux groupes d'âge présentaient moins de plaies de défense. Inoue (3) a constaté que lorsque les victimes étaient sous l'influence de l'alcool, il n'y avait aucune blessure à la défense. Selon Pollak (4), il est également possible de signaler l'absence de plaies de défense lorsque les victimes étaient détenues ou attachées avant l'agression ou frappées d'incapacité de fuir.

Des armes à arêtes vives ont été utilisées dans 59 cas et par conséquent, les plaies incisées sont le type le plus commun de plaies de défense signalé dans cette étude. Pollak (5) a constaté que la fréquence des blessures de défense parmi les victimes tuées avec l’utilisation de la force vive variait entre 30% et 50%. Dans l'étude menée par Sheikh (5), des armes tranchantes ont été utilisées dans 55,56% des cas et des objets contondants dans 35,19% des cas. Dans son étude, Metter (5) a indiqué que les plaies incisées sont les blessures de défense les plus courantes, suivies des coups de couteau et des coupures. Dans une étude menée par Hunt (5), seules 15% des personnes présentant une seule blessure par arme blanche sont blessées lors de la défense, mais 54% de celles qui présentaient plusieurs blessures le sont.

Self défense avec les mains

En self défense, les mains sont fortement utilisées pour des gestes nécessitant l’utilisation de la force et de la précision. Force est de constater par les chiffres que mal employé et pour tenter d’exécuter des gestes de self défense irréalisable avec les mains dans un contexte réaliste, cela s’avère inutile. Selon la position de l'assaillant, les mains sont instinctivement utilisées pour se protéger.

Dans 70% des cas, les lésions étaient unilatérales et parmi elles, le côté gauche était touché dans 43 cas. Ce tourner est une action réflexe reptilienne par laquelle les membres supérieurs sont couramment utilisés pour repousser une attaque. Dans cette étude, la main gauche était plus souvent utilisée par les victimes. Katkichi, Mohanty, Metteret Sheikh (6) ont également tous souligné que le côté gauche était plus vulnérable à de telles attaques.

Les membres supérieurs sont le plus souvent utilisés pour se défendre. Il représente 79,4% des cas où des blessures sont constatées sur une seule région du corps. La plupart des blessures sont causées sur l'avant-bras et la main, car il est naturel de se défendre contre une arme offensante par la main ou l'avant-bras. Dans les cas où les victimes ont été poussées au sol et agressées par plusieurs assaillants, des blessures de défense ont été constatées au niveau de plusieurs autres parties du corps, notamment les membres supérieurs, le dos et les membres inférieurs.

Conclusion

Les membres supérieurs sont le plus souvent utilisés pour se défendre. Il représente 79,4% des cas où des blessures sont constatées sur une seule région du corps. La plupart des blessures sont causées sur l'avant-bras et la main, car il est naturel de se défendre contre une arme offensante par la main ou l'avant-bras. Dans les cas où les victimes ont été poussées au sol et agressées par plusieurs assaillants, des blessures de défense ont été constatées au niveau de plusieurs autres parties du corps, notamment les membres supérieurs, le dos et les membres inférieurs.
 
Sources

(1) « Pattern of defence injuries among homicidal victims » Saurabh Chattopadhyay, Biswajit Suku. Septembre 2003. https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S2090536X12000780
(2) « Fatal head injury in homicidal victims » S. Mohanty, M.K. Mohanty, M.K. Panigrahi, S.K. Das. Med Sci Law, 45 (2005), pp. 244-248
« Evaluation of mechanical injuries in homicidal deaths (a retrospective study of 5 years) »
G.O. Singh, B.D. Gupta. JIAFM, 29 (3) (2007), pp. 18-22
« Homicidal penetrating incised wounds of the thorax – an autopsy study of 52 cases »
J.J. Moar. S Afr Med J, 65 (1984), pp. 385-389
« Homicides by sharp weapons »
S. Mittal, S. Garg, M.S. Mittal, A. Chanana, H. Rai. JIAFM, 29 (2) (2007), pp. 61-63
« A study of homicidal deaths in Delhi »
A. Gupta, M. Rani, A.K. Mittal, P.C. Dikshit. Med Sci Law, 44 (2004), pp. 127-132
« Suicidal and homicidal sharp force injury in a 5 year retrospective comparative study of hesitation marks and defense wounds »
S. Racette, C. Kremer, A. Desjarlias, A. Saunageau. Forensic Sci Med Pathol, 4 (2008), pp. 221-227
« Homicidal and suicidal sharp force fatalities in Stockholm, Sweden. Orientation of entrance wounds in stabs gives information in the classification »   
T. Karlsson.  Forensic Sci Int, 93 (1) (1998), pp. 21-32 
(3) « Homicidal sharp force injuries inflicted by family members or relatives »
H. Inoue, N. Ikeda, T. Ito, A. Tsuji, K. Kudo. Med Sci Law, 46 (2) (2006), pp. 135-140
(4) « Clinical forensic medicine – defense wounds »
S. Pollak, P.J. Saukko. Encyclopedia Forensic Sci (2004), pp. 374-378
(5) « Clinical forensic medicine – defense wounds »
S. Pollak, P.J. Saukko. Encyclopedia Forensic Sci (2004), pp. 374-378
« Defense wounds in homicidal deaths »
M.I. Sheikh, P. Pranav, K. Vijay. JIAFM, 31 (1) (2009), pp. 18-21
« Defence injuries caused by sharp force in homicides »
D. Metter, D. Benz. Z Rechtsmed, 102 (1989), pp. 277-29
« Murder by stabbing » A.C. Hunt, R.J. Cowling. Forensic Sci Int, 52 (1) (1991), pp. 107-112
(6) « An autopsy evaluation of defense wounds in 195 homicidal deaths due to stabbing »
U. Katkichi, M.S. Ozkok, M. Osral. J Forensic Sci, 34 (4) (1994), pp. 237-240
« Defense wounds in homicidal deaths »
M.I. Sheikh, P. Pranav, K. Vijay. JIAFM, 31 (1) (2009), pp. 18-21
« Defence injuries caused by sharp force in homicides »
D. Metter, D. Benz. Z Rechtsmed, 102 (1989), pp. 277-291
« Self defense injuries in homicidal deaths »
M.K. Mohanty, M.K. Panigrahi, S. Mohanty, J.K. Dash, S.K. Das. JFLM, 14 (4) (2007), pp. 213-215

08/02/2019


Solutions contre la violence de rue : mesures réalistes

Des solutions contre la violence de rue existent. Ce serait des mesures réalistes de fond, basé sur des objectifs à long terme. 17 propositions pour lutter contre les violences, 10 mesures phares du plan de lutte... Solutions contre la violence de rue : mesures réalistes ?

Self défense légitime et agression verbale

L'objet de cet article n'est pas de généraliser ou de légitimer la légitime défense par l’utilisation de la self-défense face à l’agression verbale, mais d'expliquer qu'une... Self défense légitime et agression verbale