24/08/2023

Effets de la colère sur le cerveau

Effets de la colère sur le cerveau

La colère et le cerveau : que se passe-t-il dans notre tête lorsque nous nous mettons en colère et quels sont les effets ? Le cerveau est le centre de notre logique et de nos émotions. Comprendre comment son cerveau fonctionne est l’unique moyen pour mieux maîtriser les effets de la colère dans nos prises de décision.

 

Les scientifiques ont identifié depuis longtemps une région spécifique du cerveau appelée, l'amygdale, comme la partie du cerveau qui traite la peur, déclenche la colère et déclenche nos comportements. Il nous alerte du danger et active la réaction de combat ou de fuite.

 

Les chercheurs ont également découvert que le cortex préfrontal est la zone du cerveau qui contrôle le raisonnement, le jugement, l’adaptation et nous aide à penser logiquement avant d'agir. L’adaptation du comportement humain aux situations nouvelles ou complexes dépend des propriétés anatomiques, physiologiques et fonctionnelles du cortex préfrontal et de ses interactions avec d’autres régions.

 

Par croyance, les femmes sont considérées comme émotionnelles et les hommes comme logiques, mais la biologie révèle que cela est totalement faux. Singulièrement, l'inverse est vrai. Les scientifiques ont découvert que les hommes ont une plus grande partie de leur cerveau consacrée aux réponses émotionnelles et une plus petite région pour la pensée logique que les femmes. (1)

 

Cela a du sens si l'on considère l'énergie nécessaire pour être vigilant et pour se protéger. Les hommes sont câblés pour la chasse, la compétition et la lutte entre mâles. Leurs explosions émotionnelles de colère, vues à travers l'objectif des chasseurs-cueilleurs, étaient utiles pour s'imposer lors des confrontations.

Les hommes d'une époque de danger révolue ?

Les hommes de cette époque avaient besoin d'une grande amygdale pour réagir rapidement lorsqu'ils scrutaient leur environnement à la recherche d'un danger potentiel. Si l'information est enregistrée comme dangereuse, l'amygdale diffuse un signal de détresse dans tout le cerveau, qui à son tour déclenche une cascade de réponses physiologiques allant d'une fréquence cardiaque rapide à une pression artérielle élevée, en passant par des muscles tendus et la libération d'adrénaline. En quelques millisecondes, les hommes explosent de colère ou se figent de peur, bien avant que leur cortex préfrontal ne puisse même saisir ce qui se passe.

 

À titre d’exemple : dans un restaurant bondé, le bruit des conversations provenant de dizaines de conversations remplit l'air. Soudain, un serveur laisse tomber un plateau avec plusieurs verres, qui s'écrasent au sol. Automatiquement, le bruit des conversations dans le restaurant s'arrête instantanément. S'arrêter et se figer lorsqu'il y a un bruit soudain et fort n’est qu’un réflexe instinctif animal.

 

Cela soulève le point important, que le cerveau ne sait pas immédiatement si une expérience est réelle ou imaginaire. Comment est ce possible ? Alors que l'amygdale et le cortex préfrontal travaillent dans le même but, nous aider à survivre, ils abordent pourtant le problème dans des directions différentes.

 

Toute circonstance déclenche de fausses alarmes, ce qui déclenche le même niveau de sentiment que si l'événement réel se produisait. Cela signifie que si le cerveau ne peut pas dire ce qui est dangereux et ce qui ne l'est pas, tout semble être une menace. La réponse émotionnelle de l'amygdale fournit un mécanisme pour contourner la limitation du raisonnement du cortex préfrontal.

 

Lorsque l'amygdale essaie de juger si une situation actuelle est dangereuse, elle compare cette situation avec la collection de souvenirs passés, chargés d'émotion. Si des éléments clé sont même vaguement similaires au son d'une voix, l'expression d'un visage, notre amygdale déclenche instantanément des sirènes d'avertissement et l’explosion émotionnelle et de colère qui l'accompagne.

 

Cela signifie que même de vagues similitudes peut déclencher des signaux de peur dans le cerveau, nous alertant d'une menace. Cette fausse alerte arrive, car le but est de survivre. Il y a un avantage à réagir d'abord et à réfléchir ensuite.

Effets de la colère sur le langage verbal

L'émotion et la cognition sont dynamiquement couplées à l'excitation corporelle : l'induction de la colère, même inconsciemment, peut redéfinir les priorités des ressources neurales et physiologiques vers des états d'action qui biaisent les processus cognitifs. Les effets comportementaux, neuronaux et corporels du traitement de la colère secrété et son influence sur la cognition, indexée par la prise de décision verbale, ont été étudiés (2).

 

Lors de l'enregistrement de la pression artérielle battement par battement, les mots « colère » ou « se détendre » ont été présentés de manière subliminale juste avant des jugements rapides de temps de réaction mot/non-mot des chaînes de lettres.

 

Les nombres premiers subliminales « colère » ont retardé le temps nécessaire pour prendre des décisions verbales rapides, par rapport aux nombres premiers « se détendre ». Cependant, les individus avec un trait de colère élevé ont été accélérés par des amorces de colère subliminales. Les amorces de « colère » ont augmenté la pression artérielle systolique (3) et l'ampleur de cette augmentation a prédit une prolongation du temps de réaction.

 

Dans le cerveau, les essais de « colère » ont évoqué une amélioration de l'activité dans les ponts dorsaux et une atténuation de l'activité dans les cortex pariétales visuelles occipitotemporal et attentionnel. L'activité dans la matière grise périaqueducale, les régions occipitales et pariétales a augmenté de manière linéaire avec les changements de pression artérielle évoqués, indiquant des substrats neuronaux à travers lesquels la colère altère les décisions verbales par son expression en tant qu'excitation viscérale.

 

L'impact comportemental et physiologique des états de colère compromet l'efficacité du traitement cognitif par le biais de changements prêts à l'action dans la réponse autonome qui faussent l'activité neuronale régionale.

La colère est considérée comme une réponse de survie inhérente à toutes les créatures vivantes

La colère peut être causée par une grande variété de déclencheurs, et bien qu'elle ait globalement des conséquences négatives sur la santé et le bien-être des humains, elle est également cruciale pour générer des comportements de défense, plutôt que de rêver au fait qu’il faut toujours éviter une confrontation.

 

Alors que la colère est considérée comme une réponse de survie inhérente à toutes les créatures vivantes, les humains sont dotés de cette flexibilité mentale qui leur permet de contrôler et de réguler leur colère et de l'adapter aux normes socialement acceptées. (4)

 

En effet, une profonde nature interpersonnelle est apparente dans la majorité des événements qui suscitent la colère chez les humains. Étant donné que la colère comprend des composantes cognitives, subjectives, physiologiques et comportementales, il s'agit d'une construction multidimensionnelle contextualisée qui pose des difficultés théoriques et opérationnelles pour la définir comme un phénomène psychobiologique unique.

 

Bien que la plupart des études de neuro-imagerie aient négligé la multi-dimensionnalisé de la colère et aient ainsi entraîné des activations cérébrales dispersées dans tout le cerveau, il semble y avoir plusieurs circuits neuronaux récurrents au service de l'expérience subjective de la colère humaine.

 

Cependant, pour saisir la grande variété des formes et des modes dans lesquels la colère est vécue, exprimée et régulée, et ainsi mieux décrire les substrats neuronaux sous-jacents connexes, les enquêtes neurocomportementales sur la colère humaine devraient viser à intégrer davantage les interactions sociales réalistes, telles que les recherches sociologiques et/ou éthologiques, dans leur étude sur la colère.


L'agressivité sociale et la surconsommation de boissons sucrées

L'agressivité sociale et la surconsommation de boissons sucrées La surconsommation de boissons sucrées est connue pour être un contributeur clé de l'épidémie mondiale d'obésité...

Quels sont les différents types d'agression

Quels sont les différents types d'agression Lorsqu'il s'agit de catégoriser les divers types d'agression, plusieurs approches peuvent être adoptées...


Sources :

 

(1) A systematic review of neural, cognitive, and clinical studies of anger and aggression

Yuliya Richard, Nadia Tazi, Dorota Frydecka, Mohamed S. Hamid & Ahmed A. Moustafa. 2022

volume 42, pages17174–17186 (2023)

https://link.springer.com/article/10.1007/s12144-022-03143-6

(2) Anger in brain and body: the neural and physiological perturbation of decision-making by emotion

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/26253525/

(3) « La pression artérielle systolique, correspond à la valeur de la pression artérielle au cours de la contraction ventriculaire cardiaque, ou systole... »

https://sante.journaldesfemmes.fr/fiches-maladies/2488800-tension-arterielle-normale-tableau-age-elevee-basse-mesure-definition-norme/

(4) Deconstructing Anger in the Human Brain

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/26695163/