17/12/2023

Dynamique de violence envers les femmes

 Dynamique de violence envers les femmes

Plus les femmes sont piégées par cette dynamique de violence exercée par leur partenaire intime, plus elles dérivent progressivement vers l’acceptation. Ce cycle de violence devient « normal, voire justifié ». Leurs seuils de « tolérance » augmentent, au point que ces femmes ne perçoivent plus les manifestations quotidiennes de contrôle.

 

Le stress quotidien occasionné par la violence conjugale porte atteinte aux ressources même de ces femmes. À chaque épisode de violence, elles doivent trouver différentes stratégies de protection pour elles (et pour leurs enfants).

 

Soit elles :

  • s’inhibent et se fige ;
  • tente de se défendre ;
  • de fuir ;
  • obéissent et réagissent le moins possible.

Comment est ce possible et pourquoi les femmes victimes de violence conjugales agissent de la sorte ?

  • parce qu’elles appréhendent la tension ;
  • parce qu’elles doutent de leurs émotions et de leur propre compréhension de la situation ;
  • parce qu’elles font tout pour éviter de nouvelles agressions ;
  • parce qu’elles sont obligées de justifier souvent en permanence, leurs attitudes et leurs comportements.

Les modèles dynamiques de violence entre partenaires intimes

Trois modèles comportementaux suggèrent différents modèles dynamiques de violence entre partenaires intimes. Cependant, peu d'études permettent d'évaluer la dynamique de la violence entre partenaires intimes.

 

L’objectif de cette étude (1) était donc d'estimer le degré de non-linéarité de la violence quotidienne entre partenaires sur une période de 3 mois, identifier leurs modèles dynamiques spécifiques et déterminer si les mesures de la gravité et de la dynamique de la violence sont interdépendantes.

 

Dans six cliniques de soins primaires de San Antonio (USA), 200 femmes adultes victimes de violence au cours du mois précédent ont été recrutées. L’équipe de recherche leur a demandé de remplir des évaluations téléphoniques quotidiennes :

  • de l'environnement familial ;
  • de la relation conjugale ;
  • de l’état de violence subit en utilisant « l’Interactive Verbal Response ».

Rapports quotidiens de violence

Sur les 9 618 rapports quotidiens de dynamique de violence, les femmes ont déclaré avoir été victimes de violences pendant 39 % des jours, tout en perpétrant elles-mêmes des violences pendant 23 % des jours.

 

La plupart (59 %) ont montré une dynamique aléatoire, 30 % ont montré une dynamique chaotique et 12 % ont montré une dynamique périodique.

 

Les trois mesures ont systématiquement démontré des modèles non-linéaires de violence. À l'aide d'une analyse multivariée de la variance, ni la gravité des épisodes chez les hommes ni chez les femmes n'ont montré de différences significatives entre les types dynamiques.

 

Les dynamiques chaotiques avaient les fréquences de violence les plus basses chez les hommes et les femmes tandis que les dynamiques aléatoires avaient les fréquences les plus élevées.

Le phénomène périodique de violence est il prévisible ?

La violence entre partenaires intimes est rarement un phénomène périodique prévisible. Aucun modèle comportemental ne décrit la dynamique de la violence envers les femmes pour toutes les relations violentes.

 

Pourtant, les mesures de non-linéarité et les modèles dynamiques spécifiques sont en corrélation avec différentes caractéristiques violentes de ces relations.

Les récidives de plusieurs jours de violence entre partenaires intimes et la consommation d'alcool

Il existe des liens conséquents entre la consommation d'alcool chez les hommes et la violence entre partenaires intimes perpétrée par les hommes, ainsi que la consommation d'alcool chez les femmes et la violence entre partenaires intimes perpétrées par les femmes.

 

Cependant, la nature de la relation reste incertaine. Cette étude a tenté d'identifier des modèles uniques de violence à l'alcool dans trois types différents de dynamique relationnelle pour mieux comprendre la relation alcool-violence et son rôle dans la dynamique de la violence.

 

200 femmes dans des relations abusives ont été recrutées dans six dispensaires. (2) Elles ont effectué des évaluations quotidiennes de leur relation par téléphone pendant 12 semaines.

Dynamique d’abus mutuel et la consommation d'alcool

La dynamique périodique comprenait des rapports quotidiens avec abus mutuels et consommation d'alcool, tandis que la dynamique aléatoire comprenait une variété de modèles, en particulier ceux impliquant des abus mutuels inégaux.

 

Des chaînes uniques pour chaque motif dynamique ont été examinées :

  • la dynamique périodique impliquait une forte consommation d'alcool par le mari ou une violence mutuelle modérée-sévère.
  • la dynamique aléatoire impliquait uniquement la violence verbale mutuelle avec la consommation d'alcool du mari le même jour ou à des jours différents, ainsi que la violence modérée-sévère perpétrée par le mari avec ou sans violence mineure perpétrée par le mari.
  • la dynamique chaotique impliquait uniquement des combinaisons de violence mineure perpétrée par la femme seule à des combinaisons de consommation excessive d'alcool du mari, de violence verbale mutuelle, et abus verbal perpétré par le mari.

Récurrence des modèles de violence dans la consommation d'alcool

Dans le cadre de violence entre partenaires intimes et la consommation d'alcool, des modèles récurrents de 4 jours ont été observés. Chaque motif dynamique était caractérisé par des chaînes récurrentes uniques à ce motif.


Violences conjugales des femmes enceintes

Violences conjugales des femmes enceintes Il est établi que les violences conjugales ne concernent pas seulement les partenaires, mais aussi les femmes enceintes et leurs enfants...

Les homicides en France sont stables depuis la fin des années 2000

Les homicides en France sont stables depuis la fin des années 2000 Les homicides en France occupent une large place dans la chronique des faits divers, sauf qu’il n’est jamais...


Sources :

 

(1) Dynamics of violence David Katerndahl, Sandra Burge, Robert Ferrer, Johanna Becho, Robert Wood

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/24798515/

(2) Multi-day recurrences of intimate partner violence and alcohol intake across dynamic patterns of violence

David Katerndahl MD MA, Sandra Burge PhD, Robert Ferrer MD MPH, Johanna Becho BA, Robert Wood DrPH

https://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/jep.12218