17/10/2019

Comment se défendre en cas d'agression

Comment se défendre en cas d'agression

Comment se défendre efficacement en cas d'agression ? Par écrit, il est fondamentalement impossible de décrire réellement comment se défendre en cas d’agression. Pour des raisons simples : quel type d’agression ? Dans quelle contexte ? Le motif de l’agression ?...

 

Se défendre en tant que personne se doit plutôt être plus directement lié à l’habitude d’assurer sa sécurité personnelle qu’à l’apprentissage de technique de self-défense. La violence est là, sous différentes formes.

 

Nous voulons et nous avons délégué notre sécurité à l’état. Mais malgré cette illusion des chiffres et malgré la « dynamique positive évidente », l'humanité ne sera jamais en mesure de résoudre complètement le problème de l'agressivité chez l’animal humain.

Cette marotte de cours d’école entre les spécialistes du milieu est elle un mythe ou une réalité ? Tant que la science ne se sera pas penché sérieusement sur ce sujet, les seuls points de repère seront basés sur des retours d’expériences. En essayant de ne prendre partie pour qui que soit et en essayant de garder le plus d’esprit critique possible. Force est de constater :

  • que le simple fait que vous ne vouliez pas aller au sol ne suffira pas et que vous ne vous y trouverez pas malgré tout ;
  • n’ayant pas d’expérience du combat de rue, la moindre poussée ou coup peu vous faire tomber ;
  • l’effet de surprise et l’état de sidération peu vous faire tomber (en position fœtale) tout seul ;
  • toutes les forces de l’ordre du monde entier appliquent le plaquage ou des techniques d’amener au sol pour des raisons évidentes ;
  • les humains qui ne savent pas combattre ont tendance à se jeter tête baissé en avançant ;

Même si nous l’avons totalement oublié, dans ce genre de circonstance nous sommes un animal comme un autre. Un certain nombre de caractéristiques de survie justifie cette absolue détermination à rester debout lors de ces quelques secondes de violence :

  • afin de pouvoir anticiper et éviter le danger l’humain à besoin de voir ;
  • afin de voir au mieux son environnement l’humain à besoin d’être debout ;
  • l’humain est jusqu’à preuve du contraire un bipède. Il a donc besoin de ses jambes pour fuir dans les meilleures conditions et le plus rapidement possible ;

Tous le reste n’est que perte de temps et bavardage. Le commun des citoyens qui veut apprendre à se défendre n’a réellement besoin et ne souhaite qu’une seule chose : l’accès à la connaissance la plus simple possible. Ces croyances perdureront malheureusement à cause de la multiplicité des biais cognitifs humains, qui se mélangent et entretiennent ces croyances populaires :

  • ce qui n’est réalisable que dans une salle de sport (contexte biaisé) ;
  • ce qui n’est réalisable que biomécaniquement (résistance de l’adversaire biaisé) ;
  • ce qui n’est réalisable uniquement qu’après des années de pratique et hors contexte ;
  • ce qui est irréalisable par des pratiquants communs ;
  • ...

Ne jamais chuter au sol n’est qu’un des objectifs de survie. Le combat est déjà trop chaotique.

Comment se défendre : être prêt pour l'inattendu

Ces conseils de prévention peuvent paraître redondants, désuets et peu utiles. Mais ils regroupent en partie les fondamentaux de cette discipline personnels quotidienne qui augmentent la probabilité de ne pas être agressé. Les conflits spontanés ont souvent une phase verbale et si la conversation n’aboutit pas ou s’éternise, l’agression commence. La fierté, le « manque de respect » mélangé à l’alcool ou toutes autres substances qui altère le jugement, sont les générateurs n°1 de conflit et d’agressions. En tant qu’accompagnateur ou d’instigateur, le « laisse tomber », appliqué à son quotidien est la meilleure arme.

En cas d'agression planifiée, il n'y a pas de phase verbale. Malgré tout, il y a un stade où vous avez été repéré, choisi comme victime potentiel et attaqué dans un endroit adéquat pour cela. Malgré tout, il y a un stade où vous avez été repéré, choisi comme victime potentiel et attaqué dans un endroit adéquat pour cela.

 

Par conséquent, le principe fondamental de la self-défense est la vision. Regarder autour de soi fait de vous aux yeux de l'agresseur une personne ne pouvant être attaquée soudainement. Tout en sachant que l’effet de surprise, peu importe le motif de l’agression, est vitale pour l’agresseur. Être attentif et surveiller les environs n'a strictement rien à voir avec de la paranoïa. C’est de la lucidité visuel et comportementale basique afin d’assurer sa sécurité personnelle. Selon l’environnement dans lequel on se trouve, se croire en sécurité, et le terme croyance s’y prête juste parfaitement bien, est irresponsable.

 

Il n’est pas compréhensible de ne pas réaliser que nous vivons dans un monde ou le danger à plus ou moins grande échelle existe. D’en entendre parler tous les jours et de penser que cela n’arrive qu’aux autres.

Être conscient de son environnement

Soyez pleinement conscient de votre environnement et soyez prêt pour l'inattendu. Passer d’un état détendu à vigilant n’est qu’une gymnastique intellectuelle. Les personnes visiblement distraites par leur téléphone portable deviennent des cibles faciles pour les pickpockets et autres criminelles. Être capable de garder un œil sur ce qui se passe autour à tout moment pour mieux détecter les activités suspectes et se protéger est à la portée de tous et toutes.

 

Selon les environnements jeter un coup d'œil derrière vous de temps en temps pour vous assurer que vous n'êtes pas suivi n’est qu’un rituel. Et n'hésitez pas à regarder derrière vous pour le savoir. La meilleure chance de vous défendre en cas d’agression est justement de repérer l’attaquant dès que possible. Les agressions physiques découlent en partie de l’appât du gain.

 

Gardez ses biens (téléphone, portefeuille) hors de vue de la tentation, devrait être une priorité. Notamment dans ces lieux de prédilection que sont les transports en commun.

Que vous vous déplaciez seul ou à plusieurs, restez dans des quartiers bien éclairés et surtout densément peuplés. Même à plusieurs, il suffit de s’éloigner d’une centaine de mètres pour pénétrer dans une « entre deux zones ». Par exemple la distance qui sépare la gare du centre-ville.

 

Ces « entre-deux zones » sont des lieux de prédilection pour tous types d’agressions. Leurs petites surfaces et l’impression de proximité avec la foule génèrent souvent une fausse impression de sécurité. Si vous êtes dans l’obligation de les traverser, faites le rapidement et dans l’idéal à plusieurs.

La sobriété et la capacité à se défendre

Restez sobre dans certains lieux. Les drogues et l'alcool renforcent l’agressivité, altèrent le jugement et la capacité à se défendre physiquement en cas d'agression. Si vous buvez, n'oubliez pas de ne jamais laisser votre boisson sans surveillance et n'acceptez pas celle de l'étranger. Pourquoi parler de ce sujet en dernier ?

 

Parce que à partir du moment où vous êtes sous l’emprise de quelconque substance, l’application et la mise en pratique de ces préceptes sont vains.


Comment ne plus avoir peur de se battre ?

Comment ne plus avoir peur de se battre est une illusion. Tenter de se convaincre ou de s’en laisser convaincre, qu'il faut au préalable arriver à surmonter cette peur afin de pouvoir se défendre rationnellement lors d’une agression, est une grave erreur... Comment ne plus avoir peur de se battre ?

Cours de self-défense ?

Prendre des cours de self-défense s’avère t’il utile dans notre société ? Influence médiatique, peur injustifiée, nécessitée d’une réalité quotidienne… ? Sûrement. À l’heure ou la bien-pensance et le politiquement...

Cours de self-défense ?