01/08/2023

Coups de couteau : que dit la science

Coups de couteau : que dit la science

Ce que dit la science sur les coups de couteau est l’ossature même de toute méthodologie et de toute compréhension de l’autodéfense. Sur la planète entière, l’humain se comporte toujours de la même façon avec un couteau. Les différents type de coups qu’il peut infliger ou s’infliger n’ont pas de frontières comportementales.

 

La majorité des données, études ou recherches sur les coups de couteau sont accessibles en source ouverte. Il suffit simplement de se donner la peine de chercher.

 

Étant donné que les blessures par force tranchantes représentent 10 à 20 % des examens médico-légaux cliniques, il est souvent demandé aux médecins légistes d'enquêter sur les victimes décédées de coups de couteau. L'homicide par coups de couteau (force vive) est l'un du plus courant dans les pays européens, impliquant communément des conflits domestiques ou interpersonnels.

 

Devant l'apparition de cas d'homicides par arme blanche (1) dans lesquels le criminel prétend que la victime s'est suicidée, des cas d'homicides et de suicides de ce type ont été comparés. Les lésions artérielles pénétrantes sont bien connues dans les milieux cliniques, et les extrémités sont les sites les plus courants de telles blessures. En effet, 50 à 60 % des lésions surviennent dans les artères fémorales ou poplitées, 30 % dans l'artère brachiale. (2)

 

Contrairement aux opinions figurant dans le questionnement médico-légales selon lesquelles les caractéristiques communément décrites des plaies suicidaires telles que les tentatives de blessures, les coups de couteau dans l'espace intercostal, le retrait des vêtements n'apparaissent pas dans certains des suicides, quelques-unes de ces caractéristiques apparaissent dans chacun des cas examinés.

 

Après avoir considéré la disposition horizontale de la plaie dans la peau, qui est une caractéristique nouvellement décrite, la différenciation entre les homicides et les suicides est plus catégorique.

 

En plus de cela, le faible taux d'alcoolémie est un trait extrêmement caractéristique du suicide par arme blanche à la poitrine. Inversement, les caractéristiques typiques de la mort par suicide n'apparaissent pas dans les cas « d'autodestruction agressive », blessures mortelles auto-infligées par une personne atteinte de troubles mentaux. (1)

Coups de couteau et suicide

Se poignarder comme méthode de suicide constitue un faible pourcentage de tous les suicides, de 2 % à 3 %. Une étude a été entreprise sur les cas suicidaires dus à des coups de couteau et/ou coupures observés dans l'Institut National de Médecine Légale Portugais (3) de 1997 à 2007. Son objectif était d'analyser les différents type de plaies, les facteurs épidémiologiques et sociaux qui pourraient être liés au comportement suicidaire de ces sujets, à travers l'examen des dossiers d'autopsie et des informations de l'enquête sociale.

 

Un total de 16 cas ont été trouvés, avec une tranche d'âge de 19 à 79 ans et une prédominance masculine (Homme : 10 ; femme : 6). Des symptômes de dépression (ou le diagnostic clinique lui-même) avaient été rapportés dans 5 cas. Au total, neuf personnes avaient déjà exprimé des idées suicidaires et huit avaient déjà tenté de se suicider.

 

Le couteau de cuisine était l'objet le plus utilisé (8 fois). Les plaies mortelles incisées étaient prédominantes (13 fois) et le cou était la région anatomique la plus souvent mortellement blessée (6 fois). Des plaies provisoires, qui sont des plaies non-mortelles, plus superficielles, par coupure ou arme blanche, ont été retrouvées dans 8 cas. Des marques d'hésitation ont été observées à proximité immédiate de la plaie mortelle dans 6 cas. (4)

Qu'en est-il des morts accidentelles au couteau ?

La mort accidentelle due à une force vive est encore plus rare (0 à 3%) et généralement causée par un impact ou une chute dans différents types de surfaces vitrées. La mort par arme blanche est généralement causée par des incisions exsanguines sur des organes ou de gros vaisseaux sanguins (tels que des artères), entraînant un choc hémorragique.

Quels sont les types de blessure au couteau ?

Aux États-Unis, il existe peu d'études examinant les blessures par force tranchante (blessures au couteau), définies comme une blessure infligée en coupant ou en poignardant avec un instrument tranchant. Il existe peu d'études qui font la distinction entre les schémas de blessures des décès suicidaires ou homicides subis par blessures au couteau.

 

Dans cette étude rétrospective, tous les décès secondaires aux blessures au couteau ont été évalués au bureau du médecin légiste du comté de Bexar de janvier 1988 à mai 2010. Les critères d'exclusion étaient les décès survenus plus de 24 heures après la blessure et les plaies masquées par la cicatrisation ou une intervention médicale importante.

 

Les données suivantes ont été analysées :

  • l'âge du défunt ;
  • le sexe ;
  • l'emplacement de la plaie ;
  • le nombre de plaies ;
  • le type de blessures au couteau (coup ou incisé) ;
  • les lésions viscérales ou vasculaires ;
  • les lésions concomitantes et le mode de décès.

Des blessures défensives dans les homicides et des marques d'hésitation dans les suicides ont également été enregistrées. Au total, 418 décès répondaient aux critères d'inclusion :

  • 349 homicides ;
  • 54 suicides ;
  • 12 accidents ;
  • 2 dont le mode de décès n'a pas pu être déterminé.

L'âge moyen des victimes d'homicide était de 35 ans, alors que celui des victimes de suicide était de 47 ans. Le sexe n'était pas significativement différent entre les groupes d'homicide et de suicide. Les victimes d'homicide ont subi un plus grand nombre de blessures par cas que les suicides, 5,3 contre 4,1, respectivement, et ont eu un plus grand nombre de coups de couteau, 3,3 par cas contre 0,7 par cas, respectivement.

Comparaison des blessures entre les suicides et les homicides

Les blessures par incision étaient statistiquement plus importantes dans les suicides, avec un nombre moyen de 3,3 par cas contre 2,1 dans les homicides. Les blessures à la tête, à la poitrine et au dos étaient plus fréquentes dans les homicides que dans les suicides, tandis que les blessures à l'abdomen et aux extrémités étaient plus fréquentes dans les suicides.

 

La comparaison des lésions viscérales et vasculaires majeures entre les homicides et les suicides a révélé des lésions statistiquement plus importantes du cœur, des poumons et des vaisseaux thoraciques dans les homicides, mais il y avait une plus grande fréquence de lésions du système vasculaire des extrémités dans les suicides. (5)

 

La présence de blessures supplémentaires (blessures non dues aux coups de couteau) était plus fréquente dans les homicides que dans les suicides. Des marques d'hésitation et de blessures provisoires sont survenues dans 35 % des suicides, tandis que des blessures défensives sont survenues dans 31 % des homicides. (2)

Blessures par un seul coup de couteau

Déterminer le mode de décès dans les cas impliquant de multiples coups de couteau est généralement simple. L'enquête médico-légale d'une personne décédée par arme blanche causée par un seul coup de couteau comprend un sous-ensemble plus petit mais potentiellement plus problématique de cas médico-légaux. Cette étude a passé en revue l'expérience de deux instituts (6) avec des blessures par un seul coup de couteau et c’est efforcé d'identifier les caractéristiques identifiées lors de l'autopsie qui peuvent aider à différencier les cas d'homicide, de suicide et de décès accidentel.

 

La blessure par un seul coup de couteau était à la poitrine gauche dans la majorité des décès par homicide et par suicide. Les vêtements étaient presque toujours présents dans les cas d'homicide, mais étaient également présents dans les cas de suicide. Le couteau a été retrouvé in situ dans 9 des 11 cas de suicide impliquant une blessure à la poitrine, mais n'a été retrouvé dans aucun des cas d'homicide. (7)

 

Il n'y avait aucun cas de mort accidentelle par un seul coup de couteau dans ces dossiers. Les données cliniques sur les coups de couteau accidentels ont été recherchées via une exploration dans les dossiers médicaux d'un important hôpital tertiaire de référence. Un seul cas non-mortel de blessure accidentelle par un seul coup de couteau a été identifié après la fin de la période d'étude. Les coups de couteau accidentels causés par un couteau causant des blessures ou la mort sont rares.


Coups de couteau mortels : analyse des schémas de blessures

Coups de couteau mortels : analyse des schémas de blessures Dans le cadre d’homicides à l’arme blanche, l'analyse des schémas de blessures mortelles infligées...

Poignardé pour un simple regard

Poignardé pour un simple regard Le phénomène du « poignardé pour un simple regard » est une manifestation troublante et inquiétante de la...


Sources  :

 

(1) Chest stab wound comparison in suicidal and homicidal cases

Tomasz Konopka 1, Filip Bolechała, Marcin Strona

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/14669648/

(2) Death by artery injury: two peculiar cases of sharp force fatality

P Santoro, A De Matteis, G Volonnino, E Mezzetti, F Del Duca, G Visi, A Maiese

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/36920125/

(3) https://inmlcf.justica.gov.pt/

(4) Suicide by sharp force injuries--a study in Oporto

Lino Aranda Assunção 1, Agostinho Santos, Teresa Magalhães

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/19282228/

(5) Deaths due to sharp force injuries in Bexar County, Texas, with respect to manner of death

Cameron J Kemal 1, Tyler Patterson, D Kimberley Molina

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/23629405/

(6) https://www.alfredhealth.org.au/

https://ntri.org.au/

(7) Single stab injuries

Michael P Burke 1, Yeliena Baber 2, Zoe Cheung 3, Mark Fitzgerald

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/29713941/