Survivre face à une attaque couteau

Contrer une attaque au couteau (2)

Deuxième épisode sur l'inutilité d’espérer contrer une attaque au couteau sans l'accès à la culture nécessaire. L'homme tue avec un couteau ou des objets contondants sur la planète entière en permanence. Connaître avec le plus de précision possible les angles d’attaques, les probabilités d’attaque et les résultantes, sont l’indispensable connaissance pour augmenter ses probabilités de survie et contrer sous toutes ses formes une attaque au couteau. La présente étude prospective a été menée au Département de médecine légale, M.S. Ramaiah Medical College, Bangalore en Inde, de janvier 2006 à décembre 2010, soit sur une période de 5 ans. Tous les décès par homicide dus à des blessures mortelles rapportés au département pour une autopsie médico-légale ont été inclus. Des informations détaillées concernant les circonstances du crime ont été renseignées par la police, les parents et amis de la victime et par une visite sur les lieux. (1)

Au cours de la période d'études, de janvier 2006 à décembre 2010, 4211 autopsies médico-légales ont été pratiquées, parmi lesquelles 161 décès par homicide. Les décès par homicide dus à des blessures représentaient 121 cas (75,6 %) du total des décès. Parmi ces décès par homicide dus à des blessures, 40 (33 %) des personnes ont été blessés. Dans plusieurs études d'autopsie, l'incidence des blessures de défense variait entre 37,1 % et 49,5 %. Des chiffres significativement différents ont été rapportés dans les études menées sur un nombre comparativement moins élevé de cas ou de documents pré-sélectionnés (2).

Dans une étude rétrospective, 118 décès par force ont été analysés, dont 70 homicides et couvrant une période de 22 ans, allant de 1986 à 2008 (3). Sur ces 40 victimes, 72,5 % étaient des hommes et 27,5 % étaient des femmes. Des résultats similaires ont été observés dans les études menées par Mohanty MK sur 54 victimes, dont 85,2 % d'hommes et 14,8 % de femmes (4). Dans une étude similaire menée par Singh O. Gambhir, Gupta BD (5), sur 35 cas 29,17 % ont montré la présence de blessures de défense. Des personnes qui donc ont eu le temps d’essayer de contrer une attaque au couteau ou avec un objet contondant. Les blessures de défense étaient fréquemment observées chez les victimes hommes. En revanche, certains enquêteurs ont observé des blessures plus fréquentes chez les femmes victimes que chez les hommes (6).

Les tentatives pour contrer une attaque au couteau qui a généré le plus grand nombre de blessures de défense dans le groupe des 20 à 29 ans (57,5 %) sont en soi dû au nombre maximum d’homicides commis dans ce groupe d’âge. Des résultats similaires ont été observés dans les études menées par Mohanty M.K. Le nombre maximum de victimes étant dans le groupe d'âge de 21 à 40 ans.

Blessures de défense pour contrer une attaque

Dans 57,5 % des cas où les blessures de défense étaient présentes, les assaillants impliqués étaient plus d'un et dans la plupart des cas, il y avait plusieurs blessures de défense. Dans 30 % des cas, un seul délinquant était impliqué et dans la plupart des cas, une seule blessure de défense était présente. Dans les cas de blessures de défense :

  • 77,5 % étaient dus à des blessures par couteau (arme blanche) ;
  • 10 % à des blessures contondantes par couteau (arme blanche) ;
  • 12,5 % à des blessures par arme multiple (aiguës et contondantes).

Les blessures de défense sont le plus souvent retrouvées dans les blessures par arme blanche, car les décès par blessures au couteau sont plus fréquentes et ont également été prémédités. Une étude similaire a montré que dans 57,4 % des cas, des armes tranchantes étaient utilisées, tandis que dans 11,1 % et 31,5 % des victimes, des armes contondantes et des armes multiples, respectivement, étaient utilisées.

La majorité des victimes étant droitières, dans 42,5 % des cas, les blessures de la défense étaient uniquement visibles du côté droit, alors que dans 27,5 % des cas, les deux côtés étaient impliqués. Cependant, même dans la moitié des cas, des plaies de défense pour contrer les attaques au couteau ont été retrouvées sur le côté droit du corps, indiquant le rôle d'autres facteurs :

  • la position de la victime ;
  • la position relative de l'assaillant et de la victime au moment de l'attaque.

C'est-à-dire que si la victime est attaquée du côté droit, la possibilité de maintenir les blessures de défense du côté droit du corps est plus indépendante de la nature de la victime et vice-versa. Bajanowski et al. ont retrouvé à peu près la même répartition des blessures de défense sur les bras droit et gauche, bien que ces résultats reposent sur un très petit nombre de victimes examinées (7).

  • dans 40,7 % des cas, les blessures de défense ont été observées uniquement du côté gauche, alors que dans 37 % des cas, les deux parties étaient impliquées.
  • les blessures étaient présentes sur les paumes des mains des victimes afin d’essayé de tenir la lame du couteau avant la dernière entaille profonde ;
  • le membre supérieur était le site le plus courant de blessure de défense ;
  • la plupart des victimes, étaient debout et portaient les blessures de défense tout en essayant de repousser l'attaque ou en essayant de couvrir la plupart des parties vitales telles que la tête et la poitrine. Dans la majorité des cas, l’aspect palmaire ou dorsal de la main était impliqué, suivi de l’avant-bras.

Dans 10 cas, les victimes ont subi de multiples blessures de la défense réparties sur les membres supérieurs et inférieurs en raison du changement de position relative de la victime et des assaillants. Dans deux cas, la victime a subi une blessure de défense à l'arrière de la poitrine en essayant de protéger ses parties vitales, à savoir la tête, la poitrine et l'abdomen.

Dans 10 cas, des plaies de défense sont présentes dans les membres supérieurs et inférieurs. Dans les cas où les blessures mortelles ont été observées à la tête et au cou, les blessures de défense ont été le plus souvent trouvées sur le membre supérieur, soit comme tentative de couvrir la tête ou de se protéger le corps de l’attaque au couteau. Dans les cas où la victime avait des blessures mortelles au thorax et abdomen, même au niveau des membres inférieurs, des plaies de défense pourraient être causées par le fait que la victime a subi de telles blessures en mettant fin à l’attaque ou en essayant de couvrir ses parties vitales (thorax et abdomen). La main et l’avant-bras gauche de la victime étaient plus fréquemment impliqués.

Attaque/contre simultané au couteau ?

Les décès par homicide dus à des blessures ont représenté 75,6 % du total de morts des homicides. Dans 77,5 % des cas, seules des couteaux (ou armes tranchantes) ont été utilisées, alors que, dans 10 % et 12,5 % des victimes, des armes contondantes et de multiples armes (tranchantes et émoussées) ont été utilisées, respectivement. Le nombre maximum de cas survenus dans la tranche d'âge de 20 à 29 ans dans les deux sexes constituant 57,5 % des cas. Dans 57,5 % des cas où les blessures de la défense étaient présentes, les agresseurs impliqués étaient plusieurs. Les blessures de défense se trouvaient le plus souvent dans les blessures au couteau. Dans 42,5 % des cas, les blessures de défense étaient uniquement visibles du côté droit, alors que dans 27,5 % des cas, les deux côtés étaient impliqués. Le membre supérieur est le site le plus fréquent de plaie de défense. Dans les cas où les blessures mortelles étaient localisées à la tête et au cou, les plaies de défense se trouvent le plus souvent sur le membre supérieur. Dans les cas où la victime avait des blessures mortelles au thorax et à l'abdomen, même les membres inférieurs avaient des blessures de défense.

Sources

(1) Les statistiques descriptives pour le type qualitatif de données ont été résumées en utilisant la fréquence et le pourcentage.
(2) Michael Tsokos. Forensic pathology reviews, vol. 4. Totowa (NJ): Humana Press; 2006. pp. 78E9
(3) Brunel Christophe, Fermanian Christophe, Durigon Michel, de la Grandmaison Geoffroy Lorin. Homicidal and suicidal sharp force fatalities: autopsy parameters in relation to the manner of death. Forensic Science International 2010;198:150e4.
(4) Mohanty MK, Panigrahi MK, Mohanty S, Kumar J. Self-defence injuries in homicidal deaths. Journal of Forensic and Legal Medicine 2007;14(4):213e5.
(5) Singh Gambhir O, Gupta BD. Evaluation of mechanical injuries in homicidal deaths (A retrospective study of 5 years). Journal of Indian Academy of Forensic Medicine 2007;29(3):18e22.
(6) Reddy KSN. The essentials of forensic medicine and toxicology. 29th ed. Hyderabad : Medical Book Company; 2010. p. 185.
(7) Bajanowski T, Varro A, Sepulchre MA. Death by sharp force-Criminology and
criminal aspects. Archiv für Kriminologie 1991;187:65e74.


Technique de combat avec couteau

Les techniques de combat avec couteau sont de tous les sujets possibles de la self-défense, celles qui divisent le plus. Un instructeur en combat... Technique de combat avec couteau

Escrime lame courte : Esgrima Criolla

Il est tout d’abord nécessaire de comprendre pourquoi l’escrime lame courte Esgrima Criolla (escrime créole) s’appelle ainsi...

Escrime lame courte : Esgrima Criolla